Un Atikamekw de 20 ans a été tabassé à la sortie des bars le week-end dernier à Alma. La Sûreté du Québec est à la recherche de l'individu qui lui a infligé de sérieuses blessures à l'oeil gauche. Le jeune, qui doit mettre une croix sur sa saison de hockey, croit qu'il pourrait s'agir d'une attaque à caractère racial.

« Il y a beaucoup de monde qui me dise qu'il y a pas mal de monde qui sont comme ça ici, qui n'aiment pas les Amérindiens », dit-il.

Brendley Mattawa retournait chez lui à pied lorsqu'il a été interpellé par un inconnu à la sortie du bar Le Crapaud d'Alma dans la nuit de vendredi à samedi.

« Il m'a poussé, je l'ai repoussé, c'est là qu'il a commencé à me pogner. Il me frappait, même en étant à terre », raconte-t-il.

Sous les effets de l'alcool, le jeune Attikamek originaire d'Obedjiwan a tant bien que mal essayé de se protéger.

Il a reçu coups de pied et coups de poing au visage de son assaillant, qui a pris la fuite. « Il savait que les policiers allaient arriver », affirme Brendley Mattawa.

« Il avait une barbe courte et des cheveux blonds », souligne-t-il.

Cette agression sauvage a bien failli lui coûter la vue. Conduit à l'hôpital d'Alma en ambulance, il a reçu les premiers soins avant de se rendre à l'hôpital de Roberval pour voir le seul ophtalmologiste de garde au Lac-Saint-Jean.

Le jeune homme a maintenant huit points de suture dans l'oeil gauche.

« Le globe de l'oeil était quasiment tout déchiré », dit Brendley Mattawa.

Recruté par les Sabres de Roberval Junior AA, le hockeyeur doit donc mettre sa carrière en veilleuse.

Le président de l'équipe, le maire de Roberval, Guy Larouche, est sous le choc. Il perd l'un de ses meilleurs joueurs.

« C'est un joueur qui a toujours été extrêmement discipliné, courtois avec tout le monde, même sur la glace avec tous les joueurs et qu'il arrive un événement comme celui-là à Brendley Mattawa, c'est vraiment inconcevable. C'est un geste qui est tellement gratuit », déplore-t-il.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête. « Il y a des gens qui ont été rencontrés, mais, pour le moment, on n'a pas de suspect », affirme le porte-parole Jean Tremblay.

Entre-temps, la publication du jeune homme qui demande l'aide du public pour retrouver son agresseur a été partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux.

« Je veux un peu qu'il paye pour ce qu'il m'a fait », dit le jeune.

D'après un reportage de Priscilla Plamondon-Lalancette

Plus d'articles

Commentaires