Retour

Aide à l’industrie de l’aluminium : réactions positives dans la région

Les travailleurs de l'industrie de l'aluminium se réjouissent que le gouvernement fédéral leur vienne en aide.

Vendredi, le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, a annoncé une aide de 2 milliards de dollars pour l'industrie de l'acier et de l'aluminium afin de compenser les taxes imposées par l'administration Trump.

Le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, appuie la stratégie du gouvernement dans le dossier de l'aluminium.

« La tactique de M. Trudeau présentement de démontrer aux Américains qu'ils se font bien plus mal à eux qu'à nous, je pense que c'est une tactique qui est intéressante à explorer. Pis achetons local! Profitons pour renforcer l'achat local! », indique Alain Gagnon.

Les travailleurs rencontrés chez Rio Tinto à Arvida, là où s'est faite l'annonce, espèrent seulement que les mesures d'Ottawa ne vont pas envenimer les relations entre le Canada et les États-Unis.

« ll ne faut pas se laisser faire non plus puis ce sont nos jobs qui sont en jeu. Je trouve que c'est une bonne affaire d'être appuyé comme ça », explique un travailleur.

Fait exceptionnel : les députés de l'opposition se sont eux aussi ralliés du côté du gouvernement libéral.

« On se rallie en arrière du gouvernement. C'est important parce que, les taxes imposées, c'est inacceptable. Au-delà de la partisanerie, il faut être capable d'être solidaire », relate le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel.

La députée néo-démocrate Karine Trudel est satisfaite de cette annonce.

« Ça fait plusieurs mois, dès l'imposition de la taxe, qu'on demandait un plan au gouvernement fédéral. Aujourd'hui on voit ça d'un bon oeil. Par contre, c'est sûr qu'au cours des prochains jours, on va devoir analyser [...] de quelle façon ça va être appliqué pour nos PME. »

Même si l'aide est généralement bien accueillie, certaines questions demeurent sans réponse.

« Il va falloir qu'il y ait suffisamment de sommes pour nos travailleurs et nos entreprises chez nous. La deuxième question que j'ai, c'est considérant l'escalade. Parce que M. Trump a déjà tweeté que s'il y a des mesures du côté du Canada et bien il va continuer lui d'en ajouter de son côté. Alors il faudra que le gouvernement du Canada soit toujours au rendez-vous », mentionne le député de Jonquière Sylvain Gaudreault.

La deuxième réplique d'Ottawa est aussi applaudie.

La surtaxe imposée par le gouvernement canadien sur certains produits américains entrera en vigueur le 1er juillet.

D’après le reportage de Sarah Pedneault

Plus d'articles