Retour

Aide médicale à mourir : le Dr Mario Dubois d’accord avec le ministre Barrette

Le président régional de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Mario Dubois, partage l'opinion du ministre de la Santé, Gaétan Barrette au sujet de l'aide médicale à mourir.

Le ministre Barrette a rabroué les médecins de l'unité des soins palliatifs du CHUM qui ont annoncé qu'ils n'offriraient pas d'aide médicale à mourir sur leur étage. M. Barrette est tout aussi « déçu » de la décision d'au moins 26 des 29 maisons de soins palliatifs du Québec de ne pas offrir ce service.

Le Dr Dubois s'est dit surpris de voir les réactions suscitées par la loi 52, adoptée à l'unanimité à l'Assemblée nationale après une vaste consultation.

Comme le ministre Barrette, le président régional de la FMOQ croit que la nouvelle politique doit d'abord être centrée sur les besoins des patients.

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo, il a insisté sur le fait que l'aide médicale à mourir représente un changement important pour les médecins, autant du point de vue éthique quedu point de vue pratique.

« C'est très délicat et c'est pour ça que quand même, certains médecins peuvent se soustraire à être le médecin qui va appliquer le protocole au complet avec les trois injections, souligne le Dr Dubois. Je pense qu'il faut respecter ça aussi, mais je pense qu'il va y avoir aussi un changement de culture qui va se faire et que dans quatre ou cinq ans, ça va devenir une routine. »

Dès décembre, le réseau de la santé du Québec deviendra le premier au pays à permettra l'injection de doses mortelles à des patients en fin de vie.

Les médecins du Québec recevront sous peu des directives pour encadrer l'aide médicale à mourir aux patients qui le demandent et qui répondent à certaines conditions, notamment de vivre des souffrances physiques et morales intolérables. Ces lignes directrices ont été mises au point par le Collège des médecins du Québec avec l'aide de l'Ordre des pharmaciens du Québec et l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Plus d'articles

Commentaires