Avec le flou entourant les directives sur les sorties éducatives des élèves, les deux commissions scolaires de Saguenay ont opté pour des stratégies différentes.

À la Commission scolaire de la Jonquière, on a lancé un appel à la prudence aux directions d'écoles pour éviter de prévoir des sorties culturelles qui ne seraient pas financées en bout de ligne. Toutefois, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a plutôt choisi de foncer.

Selon Claudie Fortin, porte-parole de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, les directions d’école ainsi que les enseignants travaillent actuellement à une planification préliminaire des sorties scolaires, comme à l’habitude.

« ls vont présenter ces planifications-là à leurs conseils d'établissement à la rentrée scolaire et on va faire en fonction des sommes qui seront distribuées », explique Claudie Fortin.

Les sorties éducatives ne peuvent plus être facturées aux parents, conséquence de l'entente de principe intervenue dans le cadre du recours collectif de parents qui contestaient les frais imposés par les commissions scolaires pour ces sorties et pour le matériel scolaire.

Si le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, tente de rassurer tout le monde en affirmant que du financement sera disponible en compensation, les sommes en jeu restent à préciser. Toutefois, la planification de ces sorties doit se faire maintenant.

Le milieu culturel n'est pas inquiet

Pour l'instant, le monde régional de la culture se contente de suivre l'évolution du dossier des sorties éducatives. Pour les organismes, ces sorties représentent des revenus importants.

« Il n'y a pas d'inquiétude pour le moment, mais on demeure vraiment attentifs à savoir ce qui va se passer à la rentrée scolaire, mais aussi dans le contexte électoral, la politique culturelle est-ce qu'elle va s'avérer? Donc les 50 millions de dollars prévus pour la culture et l'éducation, c'est quelque chose qui viendrait peut-être pallier », note Gabrielle Desbiens, directrice de Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Du côté syndical, les critiques vont vers le ministre Proulx qui n'est pas encore parvenu à clarifier la situation.

Plus d'articles