Les 1700 militaires de la base de Bagotville n'auront pas de vacances au début du mois de juin. La majorité d'entre eux seront déployés au sommet du G7 qui se tiendra à La Malbaie les 8 et 9 juin. C'est ce qu'a expliqué le commandant de la 3e Escadre, William Radiff, qui était de passage au Cercle de presse du Saguenay mercredi matin.

Un texte de Gilles Munger

Des avions transportant des dignitaires vont atterrir à Bagotville. Le commandant n'est toutefois pas en mesure de dire si les chefs d'État comme le président américain, Donald Trump, ou son homologue français, Emmanuel Macron, débarqueront ici ou à Québec. Ces décisions seront prises à la dernière minute, question de stratégie et de sécurité.

« On est en train de planifier pour tout le monde, les pays du G7, mais on ne sait pas encore qui va vraiment arriver. Je vais le savoir quand ils auront décollé », indique le colonel Radiff.

Sous le commandement du NORAD

C'est le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD), qui supervisera les activités militaires aériennes lors du G7.

Les CF-18 de Bagotville seront appelés à intervenir s'il y a lieu d'intercepter un appareil dans la zone d'exclusion des vols. Des avions de surveillances américains de type AWACS pourraient survoler le territoire.

Pénurie d'effectifs

William Radiff a abordé d’autres thèmes lors de son passage devant les médias. Il indique qu'il est de plus en plus difficile de trouver le personnel adéquat pour les tâches à effectuer sur la base de Bagotville. Tant du côté des pilotes, des techniciens que des mécaniciens, le recrutement ne suffit plus à la demande.

Le commandant admet que plusieurs craignent les nombreux déménagements qui surviennent dans une carrière militaire.

Déploiement en Roumanie

Par ailleurs, le colonel Radiff mentionne que des militaires de Bagotville retourneront en Roumanie pendant quatre mois d'ici la fin de l'année. Il ne sait pas encore combien de CF-18 et de soldats seront déployés.

L'an dernier, six CF-18 de Bagotville ont patrouillé le ciel de l'Islande lors de l'opération Reassurance de l'OTAN. Celle-ci a été mise en place en 2014 par l'ancien gouvernement Harper après les tensions qui opposaient la Russie à l'Ukraine.

Le commandant de Bagotville refuse de préciser si les avions-chasseurs ont intercepté plus d'avions russes dans le Nord canadien.

CF-18 australiens et drones

Ottawa a confirmé en décembre l'achat de 18 CF-18 d'occasion de l'Australie au coût de 500 millions de dollars ainsi que la relance d'un appel d'offres pour l'achat de 88 avions neufs.

Ces derniers devront être livrés d'ici 2025.

Le commandant de Bagotville n'a encore aucune idée de l'impact qu’aura l’arrivée des chasseurs australiens à la base saguenéenne.

Il explique que les analyses sont toujours en cours par les Forces armées canadiennes pour déterminer comment ces appareils seront déployés. C’est la même situation en ce qui concerne l’utilisation éventuelle de drones militaires à Bagotville.

« Avant de déterminer quel type de drones, on doit déterminer c'est quoi les tâches qu'on veut faire avec les drones. On est vraiment dans l'enfance de ce projet maintenant », conclut le colonel Radiff.

Plus d'articles