Plus de 200 travailleurs ont participé, samedi matin, à une assemblée générale organisée par le syndicat CSD pour faire le point sur certains dossiers.

La question de la conclusion d'une entente de services avec le Syndicat national des employés du Québec, un regroupement d'environ 1500 travailleurs, dans le but d'améliorer le rapport de force dans les négociations avec les employeurs a notamment été abordée.

Le dossier du remboursement de la dette de six millions de dollars contractée lors des 33 mois de lock-out a retenu l'attention. Le trésorier de la CSD, Serge Tremblay, a précisé que le syndicat travaillait pour atténuer les impacts financiers pour les membres.

« La CSD, là-dedans, a versé plus de 10 millions. Il n'y a rien qui est remboursable. La CSD a engagé, en termes d'orientation, encore plus de 4 millions qui s'en viennent pour les soutenir dans la dette. Qu'est-ce qu'on fait? On prend la dette par la fin puis les moyens qu'on va chercher additionnels, on les verse au service de la dette pour écourter la période à partir de laquelle les exigences épouvantables que ça représente vont être écourtées. C'est ça qu'on fait avec les gens. »

Par ailleurs, il a également été question de la quarantaine d'employés de garage qui songeaient à se désaffilier de la CSD pour joindre la FTQ.

Les responsables de la CSD ont précisé que cette désaffiliation pourrait être lourde de conséquences, notamment sur le régime de retraite des employés, un point qui n'avait pas été précisé par le syndicat de la FTQ et qui pourrait faire revenir au bercail les gens qui songeaient à quitter la CSD.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine