Retour

Bière et vin aux frais de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay resserre l'application de sa politique de remboursement des dépenses à la suite d'abus de son ex-président Antonin Simard. Radio-Canada a obtenu ses comptes de dépenses en vertu de la Loi d'accès à l'information. Dans les documents, on constate qu'il a obtenu à 11 reprises des remboursements pour des achats d'alcool non admissibles.

Un texte de Véronique Dubé

Antonin Simard a été président de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay pendant 29 mois, de novembre 2014 à janvier 2017. Dans le cadre de ses nombreuses représentations, il avait le droit de réclamer des frais de déplacement et utilisait aussi une carte de crédit. À 11 reprises, M. Simard a reçu un remboursement pour des bouteilles de bière et de vin. Il prétend qu’un « décorum non écrit » lui permettait de boire aux frais de la Commission scolaire. Le montant totalise 250,69 $.

« Je n’étais pas seul, tout le monde faisait ça, explique-t-il. C’était des soupers quand même assez officiels ou des dîners, peu importe, ce qui fait qu’à un moment donné c’est difficile de ne pas offrir des choses à ces gens-là. »

Pourtant, la politique relative aux frais de représentation et de déplacements des membres du conseil des commissaires est claire. Elle interdit le remboursement des dépenses liées à l'alcool.

Des exemples de remboursements critiquables

Le 13 juin 2016, après une journée difficile, M. Simard se rend au restaurant Le Légendaire. Il achète deux bouteilles de vin Jacob’s Creek. Selon ses dires, il est alors accompagné de deux employés de la Commission scolaire et ils ont besoin de décanter après une situation éprouvante.

Le 24 juin 2016, en plein jour férié, M. Simard utilise la carte de crédit et paie cinq bières au restaurant Chez Georges. Il est accompagné de la directrice générale nouvellement embauchée et du conjoint de cette dernière. Celle-ci était alors persuadée que M. Simard payait avec sa carte personnelle.

Le 24 mai 2016, deux factures provenant de deux restaurants différents sont soumises aux mêmes heures. L’une a été imprimée à la Rôtisserie Saint-Hubert de Chicoutimi pour deux clients et l’autre provient du restaurant Chez Georges pour une livraison à la Commission scolaire pour huit personnes. M. Simard croit que quelqu’un a utilisé son numéro de carte.

« Il y en a un qui s’est servi de ma carte à mon insu, suggère-t-il. Ils ont mon numéro. Je ne peux pas être aux deux places en même temps. Posez la question à la direction générale, je ne le sais pas. »

À plusieurs reprises, Antonin Simard justifie sa présence au Papy resto pub, au restaurant Chez Georges ou au Montagnais par du « travail de bureau ».

La Commission scolaire modifie sa politique

Au total, M. Simard a dépensé en essence, chambres d’hôtel, formation, locations de voitures et repas un montant de 18 394 $ en 29 mois. Il s’agit d’une moyenne de 635 $ par mois. La Commission scolaire qualifie les réclamations de M. Simard d’abusives et de démesurées.

Depuis sa démission en janvier, elle a resserré l'application de la politique de remboursement. Avant, la secrétaire générale vérifiait les comptes. Désormais, ce seront les élus qui auront cette responsabilité.

Mea culpa

Lors d’une première entrevue à Radio-Canada, M. Simard a d’abord jeté le blâme sur la secrétaire qui vérifiait ses comptes de dépenses, l’accusant d’avoir mal fait son travail. Quelques heures plus tard, M. Simard a expédié une lettre à la Commission scolaire dans laquelle il s’engage à rembourser tous les frais jugés non admissibles.

Il réitère par ailleurs son intention de se présenter comme conseiller municipal lors des prochaines élections à Saguenay en novembre.

Plus d'articles

Commentaires