Retour

Certains diocèses risquent la faillite en raison des poursuites pour agressions sexuelles

À compter du premier janvier 2017, plusieurs diocèses du Québec, dont celui de Chicoutimi, n'auront plus de couverture d'assurance pour indemniser les victimes d'agressions sexuelles commises avant 1995.

Selon La Presse, cette nouvelle limite risque d'acculer certains diocèses à la faillite en cas de poursuite. Dans le cas du diocèse de Chicoutimi, la compagnie d'assurances aurait diminué sa couverture après l'affaire de l'abbé Paul-André Harvey. Le prêtre a été reconnu coupable de nombreuses agressions sexuelles.

Le diocèse croyait bénéficier d'une couverture de 20 millions de dollars, mais l'assureur l'aurait réduite à deux millions.Selon l'avocate du diocèse, Me Estelle Tremblay, il est inacceptable que la police d'assurance change en cours de route, après avoir payé des primes pendant 22 ans.Le diocèse de Chicoutimi poursuit la mutuelle d'assurances pour la contraindre à respecter la police en vigueur lors du dépôt des accusations contre l'abbé Harvey en 2012.

Plus d'articles

Commentaires