Les 40 créanciers de Chlorophylle ont accepté à 99 % la proposition de relance de l'entreprise au palais de justice de Chicoutimi, mardi, lui permettant d'éviter la faillite.

Fondée en 1980, Chlorophylle s'était placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies en raison de dettes atteignant près de 7 millions de dollars.

L'entreprise, dont le siège social est situé dans l'arrondissement de Chicoutimi, avait remboursé 3 millions de dollars de dettes au cours des derniers mois, notamment en fermant 5 boutiques non rentables.

« Les ventes qu'on a faites en décembre et en janvier ont été le double de celles qu'on faisait historiquement, donc ça fait toute la différence dans le processus », ajoute le président-directeur général de Chlorophylle, Marc Tremblay.

Chlorophylle a maintenant 14 magasins et a pris le virage du commerce en ligne pour accroître ses ventes. « Depuis six mois, on a dû rationaliser beaucoup nos dépenses. On a aussi essayé d'identifier des opportunités, entre autres notre site Internet, auquel on a apporté beaucoup de modifications pour améliorer l'expérience », ajoute M. Tremblay.

La dette de Chlorophylle envers les créanciers garantis a été restructurée pour lui donner une plus grande marge de manoeuvre. L'entreprise compte 127 employés.

Plus d'articles

Commentaires