Retour

Cinq municipalités du Bas-Saguenay veulent regrouper leurs services des incendies

Les maires de Saint-Félix-d'Otis, de Rivière-Éternité, de L'Anse-Saint-Jean, de Ferland-et-Boilleau et de Petit-Saguenay ont l'intention de fusionner leurs services des incendies en créant une régie intermunicipale.

Les 75 pompiers volontaires de la future régie seraient appelés à couvrir la rive sud du Bas-Saguenay, un territoire de 2000 kilomètres carrés.

Le regroupement vise à centraliser la gestion et les ressources en matière d'incendie.

« On a beaucoup plus d'avantages pour toutes sortes de questions, indique le maire de L'Anse-Saint-Jean, Lucien Martel. Que ce soit pour des raisons monétaires, des questions d'assurer aussi la sécurité de nos citoyens, d'assurer aussi des effectifs suffisants sur l'ensemble du territoire. »

Le maire de L'Anse-Saint-Jean explique que les municipalités souhaitent également se conformer aux critères du schéma de couverture de risque en sécurité incendie établi par le gouvernement. Lucien Martel estime que la mise en place d'une régie nécessiterait entre 12 et 18 mois de travail.

« On a quand même une demande à faire, à formuler au ministère des Affaires municipales et il faut obtenir un décret gouvernemental pour pouvoir mettre en place cette régie, dit-il. Il y a tout un protocole aussi à négocier entre les municipalités qui est un enjeu important parce que qui dit protocole, dit contribution financière. »

Une importante réunion est prévue à la fin avril en présence de tous les élus et des représentants des services incendies du secteur pour expliquer les détails du projet.

Un modèle existant au Lac-Saint-Jean

Dans la région, des municipalités de la MRC Maria-Chapedelaine ont été les premières au Québec à adopter ce modèle. Selon le directeur du service des incendies, Jerry Piquette, plusieurs villes situées en dehors des grands centres veulent prendre ce virage.

« Je vous dirais qu'on a eu à fournir certains documents, certaines ressources pour accompagner des municipalités qui ont des besoins, dont des grandes municipalités en Abitibi, dans les Laurentides qui sont en train de se structurer avec une formule régie, puis chacun trouve son compte à ce niveau-là », précise-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine