Retour

Comment commémorer les 20 ans du déluge du Saguenay?

Le Saguenay soulignera, en juillet, les 20 ans du déluge qui a changé le visage de plusieurs secteurs des arrondissements de Jonquière, Chicoutimi et La Baie, ainsi que Laterrière, de Ferland-et-Boilleau et de L'Anse-Saint-Jean.

Un texte de Chantale Desbiens

Pendant trois jours, les 19, 20 et 21 juillet 1996, les pluies abondantes qui se sont abattues sur la région ont fait des dommages de près d'un milliard et demi de dollars et entraîné la mort de deux enfants dans l'arrondissement de La Baie.

La commémoration de la catastrophe naturelle ne fait pas l'unanimité parmi la population. Sur la page Facebook d'ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean, plusieurs internautes, dont Mathilda Perron, suggèrent de ne rien faire. « On regarde en avant, on arrête de vivre dans le passé », dit-elle.

L'idée de souligner l'événement de façon discrète rallie également bon nombre de répondants. Josée Séguin suggère d'organiser « une fête de quartier simple ou une journée portes ouvertes. Sans tambour ni trompette. L'argent devrait aller dans la réparation des rues. Vous ne trouvez pas qu'elles manquent d'amour », demande-t-elle?

À L'Anse-Saint-Jean, Marie-Francine Bienvenue raconte que les résidents se rencontrent autour d'un café pour se rappeler ce qu'ils ont vécu. « Personne n'a vécu la même chose, ajoute-t-elle. C'est très intéressant d'écouter les autres et voir les défis que chacun a eu à surmonter. »

Pour sa part, Simon St-Onge propose d'organiser un « bal en bleuets » : « On devrait organiser un grand "rave" dans la bâtisse du Vieux-Port pour souligner notre résilience, écrit-il. 5000 personnes dans un événement grandiose qu'on appellerait "Le bal en bleuets", dont les profits pourraient être remis aux organismes communautaires de Saguenay. »

L'idée de créer une fondation pour venir en aide aux communautés touchées par des catastrophes naturelles a aussi été soumise par Cébastien Guay.

Plus d'articles

Commentaires