Le Saguenéen Alain Coulombe a décidé de mettre la main à la pâte pour aider la fondation Mira. Il a organisé un concert-bénéfice, dimanche, pour soutenir l'organisme.

« Ça coûte 30 000 $ pour dresser un chien spécialisé. Ici dans la région, neuf personnes attendent après leur toutou miracle. Faites le calcul, c'est une somme faramineuse. »

Alain Coulombe fait partie de ces gens qui espèrent recevoir un chien. Il a complètement perdu la vue il y a 18 ans en raison d'une grave maladie. Il a eu pendant longtemps un chien-guide provenant de la fondation Mira, mais son fidèle compagnon est mort en avril dernier.

« Le chien nous apporte une mobilité, une autonomie qu'on avait plus avant. La canne, oui c'est une aide, mais il y a énormément d'activités qu'on ne peut pas faire parce qu'on est limité dans nos déplacements. Le chien-guide vient ouvrir la voie de l'autonomie. »

Au Québec, la fondation Mira donne chaque année 200 chiens à des gens qui en ont besoin. Toutefois, c'est insuffisant pour répondre à la demande.

Les listes d'attente ne cessent de s'allonger.

« Pour une personne en chaise roulante, pour un chien d'assistance, ça peut être de deux à trois ans. C'est la même chose pour le chien TED, pour les troubles envahissants du développement », explique la directrice Québec-Est de Mira, Rachelle Lunardi.

Alain Coulombe devrait recevoir un nouveau chien-guide au printemps. D'ici là, il poursuit ses efforts pour soutenir la fondation.

Plus d'articles

Commentaires