Retour

Concertation régionale : Philippe Couillard répond aux critiques

Le premier ministre Philippe Couillard balaie du revers de la main les critiques adressées la semaine dernière par le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean Est, André Paradis.

Un texte de Vicky Boutin

M. Paradis soutenait que les députés, peu importe leur allégeance, ne défendaient pas les dossiers régionaux jusqu'à Québec. Il critiquait par le fait même la disparition de la Conférence régionale des élus (CRÉ).

En entrevue à Café Boulot Dodo mardi, Philippe Couillard a affirmé que ces reproches étaient non fondés. Il répète que l'organisme n'était pas suffisamment efficace.

Il rappelle que les budgets destinés à la CRÉ ont tous été maintenus, et qu'il fallait maintenant que les gens de la région s'unissent. « On a nos MRC qui doivent se mettre ensemble justement pour assurer la transition et s'assurer que les sommes qui sont disponibles soient données aux organismes », mentionne-t-il.

Le député de Roberval et premier ministre affirme que le Sommet économique qui s'est tenu en juin est un exemple de ce nouveau modèle de concertation. Des priorités ont été choisies et des résultats sont déjà concrets. Il cite en exemple l'investissement de 26 millions de dollars au Zoo de Saint-Félicien qui a été annoncé lundi. L'arrivée de la téléphonie cellulaire à Girardville est aussi un résultat concert selon le premier ministre.

Il assure que les dossiers de développement économique ont été largement soutenus par son gouvernement et continuent de l'être. « Je compte sur les préfets et les maires pour également jouer leur rôle, manifester plus de cohésion et arriver avec des demandes conjointes lorsqu'il y en a. »

Morosité économique

Concernant la morosité économique dénoncée par plusieurs Québécois, le premier ministre affirme que la situation est semblable ailleurs. « Cette morosité, on la sent dans toute l'Amérique du Nord et je dirais même dans tout le monde industrialisé actuellement. Une région comme la nôtre qui est très centrée sur les ressources naturelles va certainement ressentir les impacts de ça. » Il ajoute qu'il faut plutôt en profiter pour réorienter les priorités et pour développer de nouveaux produits.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité