Retour

Conseil municipal : la Ville de Saguenay veut reprendre possession de l’édifice du CLSC de Chicoutimi

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, veut régler une série de dossiers avant de quitter ses fonctions en novembre. Il souhaite ainsi que la Ville reprenne possession de l'édifice du CLSC de Chicoutimi.

Cela fait déjà quatre ans que la Ville de Saguenay a vendu l'édifice du CLSC de Chicoutimi au promoteur Paul Boivin pour 335 000 $. Ce dernier avait promis d'investir 10 à 15 millions de dollars pour rénover le bâtiment et reconstruire le stationnement dont une partie est désaffectée.

Le maire Jean Tremblay annonce que la Ville entame des procédures pour récupérer le bâtiment.

« Je ne veux pas laisser sous-entendre que c'était une mauvaise personne, ça s'est fait d'une façon bien correcte, il avait des raisons d'étirer les délais, mais nous, on trouve que c'est trop long, il voulait avoir encore des délais, mais là, on dit non, là, c'est trop », a affirmé le maire Jean Tremblay lors du conseil municipal de Saguenay, lundi.

La Ville lancera un appel d'offres pour trouver un nouveau propriétaire.

Le conseiller municipal de Chicoutimi, Simon-Olivier Côté, rappelle qu'on souhaitait aussi ramener les écoles de musique et de danse dans l'édifice.

La Ville veut investir bientôt dans le Théâtre Palace Arvida

La Ville de Saguenay a adopté une résolution pour s'engager à investir le tiers du coût des rénovations du Théâtre Palace d'Arvida.

Le maire souhaiterait annoncer ce projet de 4,5 millions de dollars avant la fin de son mandat en novembre.

Marc Pettersen accuse le maire de népotisme

Le conseiller municipal Marc Pettersen accuse le maire Jean Tremblay et le comité exécutif de la Ville de népotisme dans les nominations des fonctionnaires municipaux.

Le conseiller estime que la belle-fille de Ghislain Harvey, Julie Guérin, a été nommée à un poste du service de l'environnement alors qu'elle ne s'était même pas inscrite à un concours d'embauche.

Pour Marc Pettersen, d'autres employés temporaires ont été lésés par cette embauche.

Le maire Jean Tremblay affirme qu’ils sont jaloux.

D’après les informations de Gilles Munger

Plus d'articles

Commentaires