D'une voix tremblotante témoignant de la fatigue accumulée, le père d'Isabelle Lévesque raconte comment famille et amis ont pris les opérations de recherche sur leurs épaules.

La femme de 32 ans est disparue de l'hôpital de Chicoutimi, jeudi. Elle souffre de dépression.

« Si on avait eu au moins un policier à côté de nous autres pour faire cette job-là, pour nous libérer un peu. Une chance qu'on a des amis. »

Aucun agent de la police de Saguenay n'a été spécifiquement affecté à superviser ou à coordonner les opérations de recherche en fin de semaine.

Ce sont les proches qui ont d'ailleurs dû faire les demandes pour obtenir les bandes vidéo des caméras de surveillance de la Société de transport du Saguenay.

Les recherches continuent

La famille est à bout de souffle, mais a réussi à rassembler encore une soixantaine de bénévoles, dimanche, pour poursuivre les battues dans l'espoir de retrouver Isabelle Lévesque.

Un pilote, ami de la famille, a également volé au-dessus de la ville de Saguenay à la recherche d'indices, mais en vain.

Des traces de pas menant vers la rivière Saguenay ont fait craindre le pire durant un moment.

Les pompiers ont utilisé une embarcation pour inspecter les rives, près de la zone portuaire de Chicoutimi. Ils n'ont trouvé aucun indice

Plus d'articles

Commentaires