Retour

D’importantes augmentations de taxes inquiètent les agriculteurs

Les agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont en colère contre le gouvernement de Philippe Couillard. Radio-Canada a appris que leurs comptes de taxes risquent d'augmenter de 10 à 50 % en 2017, en raison de la diminution du crédit auquel ils ont droit.

Daniel Gobeil, qui possède une ferme laitière dans l’arrondissement de La Baie, est l’un des agriculteurs directement touchés par cette situation. Comme tous les producteurs agricoles du Québec, il a droit au crédit de taxes qui prévoit, entre autres, le remboursement d'une partie de son compte scolaire. Voilà que le ministre de l'Agriculture a décidé d'abolir cette mesure.

En 2016, ses taxes scolaires atteignaient 6400 $. L’an prochain, elles seront de 9600 $.Les modifications proposées par Québec impliquent aussi une diminution du remboursement des taxes municipales. M. Gobeil a payé 21 000 $ au total l'an dernier. Il anticipe maintenant une hausse de 21 %.

Ça nous met en situation quand même plus précaire. (…) On se sent un plus abandonné de la part du gouvernement libéral.

Daniel Gobeil

L’UPA est préoccupéQuoi qu'il en soit, l'Union des producteurs agricoles (UPA) du Saguenay-Lac-Saint-Jean dénonce la situation. L’organisme s’est basé sur un échantillon de 15 fermes et a calculé les conséquences. Le président Mario Théberge affirme que les hausses de taxes varient entre 10 et 50 %. La directrice du Service de formation et de la vie syndicale à l’UPA précise que cela dépend de plusieurs facteurs. « Ça dépend des entreprises, de leur immobilisation, de la dimension des entreprises, des municipalités, etc. », explique-t-elle.

Noël s'en vient, et on se demandait tous ce qu’on demanderait comme cadeau de Noël. On était tous unanimes à dire qu’on voudrait avoir un autre ministre de l'Agriculture comme cadeau.

Mario Théberge, président régional de l'UPA

Le 92 congrès national de l'UPA s'est ouvert lundi à Québec. Le conseil d’administration compte adopter une résolution pour demander au gouvernement Couillard de respecter un moratoire sur la question fiscale. Jusqu'à présent le premier ministre a minimisé les appréhensions des agriculteurs.

D'après le reportage de Véronique Dubé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine