Retour

David Asselin écope de la prison à vie pour avoir tué son voisin

David Asselin devra purger une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 15 ans pour le meurtre de Gilles Samson.

Il a plaidé coupable vendredi matin, au palais de justice de Chicoutimi, à une accusation réduite de meurtre non prémédité et à des accusations de menaces de mort.

Une bagarre a dégénéré

Les événements remontent au 27 janvier 2016 dans une maison de chambres de Dolbeau-Mistassini.

David Asselin, 32 asn, avait alors invité des amis à jouer aux jeux vidéo. En raison du bruit, son voisin, Gilles Samson, a cogné à sa porte.

Les deux hommes se sont alors disputés dans le corridor. David Asselin s'est emporté quand Samson l'a aspergé d'aérosol. L'accusé a sauté sur l'homme de 61 ans pour lui asséner une dizaine de coups à la tête.

David Asselin est par la suite retourné dans sa chambre où il a menacé ses amis pour les décourager de le dénoncer.

Plus tard, il est retourné dans le corridor où il s'est acharné sur sa victime en lui donnant deux coups de couteau dans la nuque.

Dans la sentence, le juge François Huot a d'ailleurs insisté sur la barbarie de l'événement en méprisant David Asselin pour avoir regardé sa victime agoniser à plusieurs reprises.

Arrestation tardive

David Asselin a été arrêté encore plus tard dans la nuit à la suite d'une altercation subséquente avec d'autres individus à l'extérieur de la maison de chambres.

Le corps de Gilles Samson n'a été découvert que le lendemain matin par un voisin, provoquant ainsi un important déploiement policier.

Le juge a donc finalement accepté une suggestion commune de la Couronne et de la défense pour la prison à vie pour meurtre au deuxième degré. L'avocat de David Asselin, Dominic Bouchard, est conscient que son client s'en tire avec le meilleur des scénarios.

« Le tribunal a été assez clair avec mon client que si la cause avait été entendue, il y aurait eu de fortes probabilités qu'il puisse se retrouver avec un meurtre avec préméditation, donc meurtre au premier degré », a-t-il expliqué à la sortie du tribunal.

Plus d'articles