Le député de Jonquière et chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, a déposé officiellement la pétition visant à sauver Jonquière-Médic devant l'Assemblée nationale, vendredi.

Un texte de Vicky Boutin

Depuis quelques semaines, les citoyens étaient incités à signer le document afin de témoigner leur appui au service de médecins à domicile. Au total, plus de 23 000 personnes ont signé le document, que ce soit sur papier ou sur le site de l'Assemblée nationale. Les responsables ont atteint leurs objectifs puisqu'ils espéraient au moins 20 000 signatures.

« La pétition s'est signée en six jours, donc six jours et 23 000 personnes, je ne me souviens pas d'avoir vu ça, a dit Sylvain Gaudreault. C'est vraiment un support extrêmement puissant. »

Le service, qui existe depuis une trentaine d'années, est menacé en raison des nouvelles règles de rémunération des médecins en vigueur depuis le 1er juin.

La remise de la pétition à Québec était aussi retransmise en direct sur écran géant à la salle des Chevaliers de Colomb du secteur Kénogami. Les membres du conseil d'administration de Jonquière-Médic étaient sur place.

Appui de la Fédération des médecins omnipraticiens

Au lendemain de la manifestation qui a réuni près de 3000 personnes, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec a rencontré Jonquière-Médic, mercredi, et s'est montrée ouverte à une entente particulière sur la rémunération des médecins jonquiérois. .

« Pour nous, on trouve que c'est une ouverture extraordinaire, affirme le médecin fondateur de Jonquière-Médic, Roger Gagnon. Pour une fois, quelqu'un du réseau peut donner la bonne nouvelle qu'on ne fait pas que des otites et il considérait qu'on est très utile avec toutes les implications qu'on avait, qu'on est très utile. »

L'organisme doit maintenant convaincre le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine