Dans la salle à manger de la résidence Sainte-Marie de l'arrondissement de Jonquière, Maurice Bergeron frappe discrètement des cuillers de bois sur ses cuisses. Les violonistes de Porteurs de musique lui font revivre les beaux Noëls d'antan, le temps d'un dîner.

Un reportage de Catherine Paradis

Violons, violoncelle et trompette résonnent aux quatre coins du Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

C’est un médicament qui fait rajeunir, qui ne coûte pas trop cher et qui n’a aucun effet secondaire.

Maurice Bergeron

Partout, on voit des mains s’animer, des yeux s’éveiller et des corps se laisser bercer par les airs de Noël qui font remonter les vieux souvenirs.

« Je me sens heureuse. On avait un piano, toutes les maisons avaient un piano », se rappelle Sylvie Gauvin dans son fauteuil roulant.

Dixième anniversaire

Il y a 10 ans, quand son père est tombé malade, Guylaine Grégoire a fondé les Porteurs de musique.

« J’ai réalisé à quel point mon violon était intense au moment où il ne parlait plus », raconte-t-elle.

Les Porteurs de musique font jusqu’à 30 concerts par mois dans les différents centres pour personnes âgées du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C'est un public qui est beaucoup à l'écoute et qui voit vraiment l'essentiel de la musique qui est l'émotion en fait. Ils ne voient pas le paraître, les fausses notes, ils voient l'essentiel. C'est qu'on est en train de leur donner une heure de bonheur.

Marie-Pier Simard-Gagnon, violoncelliste

Une dizaine d’autres prestations ont aussi lieu tous les mois à Québec et à Montréal notamment, où les musiciens visitent les prisonniers, les enfants malades ou les gens en fin de vie.

Une trentaine de musiciens rendent leurs notes accessibles à ceux qui ne peuvent pas se déplacer pour aller les voir.

Une bouffée d’air frais

Chaque fois que les notes des Porteurs de musique envahissent la résidence Sainte-Marie, l’éducatrice spécialisée ressent les bienfaits.

« C'est vraiment un beau moyen d'aller chercher nos gens qui sont tristes, qui des fois, par des déficits cognitifs, peuvent être anxieux. On les amène, ils oublient, ils sont dans la fête, ils sont souriants, c'est ça la différence de la musique dans la vie de nos gens », explique Josée Beaulieu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine