Retour

De plus en plus d'animaux avec des tiques en zone urbaine

Voilà maintenant que les animaux domestiques se font piquer par des tiques même en zone urbaine. Les vétérinaires de la région constatent une augmentation des cas depuis quelques années.

Un texte de Roxanne Simard d'après les informations de Jessica Blackburn

Depuis l'arrivée du printemps, l'hôpital vétérinaire Carcajou d'Alma reçoit à presque tous les jours des animaux qui ont été piqués par des tiques.

Les tiques, ces petits parasites qui peuvent être porteurs de la maladie de lyme, sont de plus en plus nombreux en ville, constate Marie-Pier Couture, vétérinaire à l'Hôpital vétérinaire Carcajou.

« Il a une tique sur lui, pourtant le chat n’a pas dépassé la limite du terrain, puis c’est du gazon qui est taillé évidemment, donc on ne parle pas juste des champs et des forêts. »

Même si les tiques sont présentes d'avril à novembre, les risques sont plus élevés lorsque le temps est frais et humide, donc principalement au printemps et à l'automne.

Près de 20 % des tiques analysées en laboratoires sont porteuses de la maladie de Lyme, ajoute Marie-Pier Couture.

Tout comme les humains, les animaux peuvent contracter la maladie. Toutefois, il peuvent être traités contre le parasite.

« La maladie peut se manifester cinq à six mois après l'infection. On peut avoir un animal plus abattu, plus amorphe qui veut moins manger, qui peut faire de la température aussi et ultimement le principal danger, c'est qu'on va avoir des problèmes de reins et ça devient des patients à risque de décès », ajoute Marie-Pier Couture.

Les vétérinaires invitent les gens de la région à traiter leurs animaux pour les protéger de ces acariens.

Plus d'articles