Le procès de Francis Vallée pour agression sexuelle avec lésions corporelles et voies de fait s'est amorcé au palais de justice de Roberval, mercredi.

La plaignante, une femme dans la vingtaine, a raconté au juge Michel Boudreault les sévices corporels que le chef cuisinier lui aurait fait subir lors d'une soirée bien arrosée au restaurant le Tout-à-Vallée, le 25 mai 2013.

La victime s'était rendue au restaurant de Francis Vallée pour un souper en famille. Le propriétaire du restaurant s'est joint au groupe durant la soirée et a offert quelques consommations à la jeune femme.

La plaignante dit avoir pris une bière, deux coupes de vin et quelques shooters. Elle admet qu'elle était en état d'ébriété avancé, mais qu'elle a conservé ses esprits.

Quand sa famille a quitté le restaurant, elle a décidé de rester et a rejoint Francis Vallée sur le plancher de danse.

Les deux se sont embrassés et caressés, avant de monter au second étage du restaurant où des caresses plus osées ont été échangées.

La victime a alors dit à Francis Vallée qu'elle ne voulait pas aller plus loin. C'est à ce moment qu'il l'a giflé au visage et qu'il l'a frappé sur les seins à plusieurs reprises. Elle en a conservé des marques, des bleus et des rougeurs pendant quelques jours. Des photos ont été déposées en preuve.

En contre-interrogatoire, l'avocat de l'accusé, Francis Boucher, a tenté de miner la crédibilité de la jeune femme en soulevant un doute sur sa mémoire des événements. Son témoignage se poursuit jeudi.

La direction des poursuites criminelles et pénales prévoit faire entendre cinq témoins durant le procès. Une ordonnance de la cour interdit d'identifier la plaignante.

Plus d'articles

Commentaires