Le député conservateur de Lac-Saint-Jean, Denis Lebel, démissionne. C'est ce que l'ancien lieutenant politique québécois du premier ministre Stephen Harper a annoncé lundi matin à Roberval.

Denis Lebel tient à régler ses dossiers avant de quitter la vie politique. Il va donc prendre le temps de retourner à Ottawa et de fermer son bureau de Roberval.

Celui qui a été député pendant 10 ans affirme que la vie parlementaire l’a « usé ».

Le député de Lac-Saint-Jean a admis que, bien qu’il reconnaisse l’importance de l’opposition, jouer ce rôle était difficile après avoir passé plusieurs années au pouvoir.

Il a cependant dit être toujours en pleine santé et avoir confiance en Andrew Scheer, le nouveau chef du Parti conservateur du Canada.

« Les prochaines semaines vont confirmer des choses me concernant », a affirmé M. Lebel.

Un mandat marqué par Stephen Harper

« Je veux remercier de tout mon cœur le premier ministre Stephen Harper », a dit le député avec émotion.

Selon Denis Lebel, Stephen Harper a été un grand premier ministre. Il est fier de ce qu’ils ont accompli ensemble.

Il souligne entre autres le projet du pont Champlain dans la région de Montréal, un plan qu’il a établi en une quarantaine de jours, a-t-il raconté. Au final, le projet est évalué à 4 milliards de dollars.

Denis Lebel repart avec un regret : celui de ne pas avoir réussi à régler le problème de la téléphonie cellulaire sur la route 155 entre Chambord et Shawinigan.

M. Lebel est le deuxième élu conservateur à quitter la vie politique à la suite de l’élection du nouveau chef du parti, Andrew Scheer. L’ancienne chef intérimaire du parti, Rona Ambrose, a également annoncé son retrait de la vie politique le 15 mai dernier.

Au cours de ses mandats, M. Lebel a occupé les fonctions de ministre d’État de l’Agence du développement économique du Canada pour les régions du Québec (2008-2015), ministre du Transport, de l’Infrastructure et des Collectivités (2011-2013) et ministre de l’Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales (2013-2015).

Plus d'articles

Commentaires