Retour

Dernière journée au boulot pour le député Denis Lebel

Le député conservateur de Lac-Saint-Jean et ancien lieutenant politique québécois de Stephen Harper a officiellement tiré un trait sur la vie politique mercredi après 10 ans sur la scène fédérale.

Denis Lebel affirme partir l’esprit en paix.

« La décision est mûrement réfléchie. Aujourd'hui, je pars avec le sentiment du devoir accompli et le cœur rempli de ces belles expériences et prêt pour le nouveau défi qui s'offre à moi dans les prochaines semaines », soutient le député démissionnaire.

Après avoir remis les clés de ses bureaux, Denis Lebel se prépare à prendre la tête du Conseil de l'industrie forestière du Québec avec enthousiasme.

Ses bureaux resteront accessibles aux citoyens de sa circonscription. Tous ses dossiers ont été remis à leurs promoteurs, faute de successeur.

« Loin de nous de ne pas vouloir donner ça au prochain ou à la prochaine, mais on pense qu'à ce moment-là, quand la personne sera élue, tous les promoteurs qui ont des projets vont vouloir le ou la rencontrer pour lui remettre leurs dossiers. Donc, on a fait ça comme il se devait. »

Élection partielle

La date de l'élection partielle visant à remplacer Denis Lebel est inconnue. Pour l'instant, tous les candidats qui ont manifesté leur intérêt à la succession visent l'investiture libérale. Toutefois, seul le maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert, a annoncé qu'il sera officiellement de la course.

« Monsieur Lebel est une personne extrêmement impliquée et très proche de la population. Oui, j'aurai des grandes chaussures à porter, mais les pieds vont me rallonger au cours des prochaines semaines, des prochains mois. Vous allez voir que je vais prendre la place qu'il faut », assure-t-il.

Alors que les candidats se bousculent aux portes des libéraux, chez les conservateurs, c'est le calme plat. Le Parti conservateur du Canada (PCC) soutient avoir des candidats dans sa mire.

« Je vous dirais que c'est peut-être un peu comme un canard. En apparence, ça a l'air très tranquille, mais en bas, il y a beaucoup de monde qui travaille. Comme je vous dis, Andrew Scheer, sa première sortie de l'été au Québec, il l'a passée au Lac-Saint-Jean », rappelle le lieutenant politique du PCC pour le Québec, Alain Rayes.

Chez les néo-démocrates, l'ex-candidate Gisèle Dallaire, qui avait perdu contre Denis Lebel en 2015, pourrait se présenter de nouveau. Le Nouveau Parti démocratique se dit aussi en processus de recrutement et préfère attendre le déclenchement de la partielle avant de faire connaître un candidat.

D’après le reportage de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires