Retour

Des agriculteurs manifestent devant le bureau de Philippe Couillard

Plus d'une centaine d'agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont répondu à l'appel de leur syndicat pour manifester devant les bureaux du premier ministre Philippe Couillard, au centre-ville de Saint-Félicien.

Les membres de la Fédération régionale de l’Union des producteurs agricoles (UPA) dénoncent la refonte du programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA), prévue le 1er janvier 2017. Une dizaine de tracteurs ont été stationnés sur le boulevard Sacré-Cœur.

Les agriculteurs se disent abandonnés et dénigrés par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Pierre Paradis, et par le gouvernement du Québec.

Selon l’UPA, la modification du programme de crédit de taxes foncières agricoles se traduirait par une augmentation du compte de taxes. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les entreprises agricoles devront payer en moyenne 800 $ de plus par année.

« On a fait un appel à tous les producteurs agricoles de nous envoyer leur compte de taxes. Ceux qui ont bien voulu l’envoyer, c’est vraiment aléatoire, on a fait un décompte dans la région. Sur 26 comptes de taxes de toutes productions, on a une augmentation moyenne de 31 % », précise le président de l’UPA au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mario Théberge.

La motivation au niveau de la relève est plus difficile à avoir.

Daniel Baril, producteur agricole

Les producteurs demandent un moratoire d’un an pour revoir la décision gouvernementale et améliorer le programme.

Le président de l’UPA souhaite aussi l’appui des motoneigistes et des quadistes qui utilisent les terres agricoles pour leurs loisirs.

Philippe Couillard persiste

Alors qu’il était à Alma pour une annonce, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé que son gouvernement irait bel et bien de l’avant avec les changements apportés au programme. Selon lui, les agriculteurs seront plutôt gagnants. Il ne compte pas non plus remercier le ministre Pierre Paradis, dont les producteurs réclament la démission.De son côté, le porte-parole du Parti québécois en matière d'agriculture, André Villeneuve, propose que la nomination d'un expert soit le fruit d'une recommandation conjointe de l'UPA et du gouvernement.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine