Des boîtes à lunch gastronomiques livrées à la maison et dans lesquelles les produits biologiques de la région sont à l'honneur, voilà ce que propose le concept Cuit dans le bec.

Un texte de Mélissa Paradis

La cuisine du Centre de transformation alimentaire de Normandin n'est pas comme les autres. On y concocte toutes sortes de repas gastronomiques, comme du pâté chinois au canard, qu'on met ensuite dans des boîtes à lunch

« On n'est pas super choyé dans les restaurants dans la région. Je pense que les gens ne veulent pas nécessairement se déplacer trop loin. Nous, ce qu'on offre, c'est des repas un peu plus gastronomiques qu'on livre à la maison », explique la chef Brenda Poirier.

Chaque boîte à lunch contient une entrée, un repas principal et un dessert pour deux personnes.

La surprise est assurée pour les clients qui ne savent jamais ce qu'ils recevront.

Pousser l'expérience

Une cinquantaine de personnes participent à ce projet pilote dont le but est de valoriser les producteurs biologiques de la région. La Coop des deux rives, à Normandin aimerait étendre son concept au territoire entier du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Les gens sont rendus plus sensibles à l'achat local. Ils sont plus conscientisés à ce qu'ils retrouvent dans leur assiette. Dans la région, je pense qu'on est des gens assez fiers de nos origines », soutient la chargée de projet de la Coop des deux rives, Marie-Christine Gagnon.

Le producteur Réjean Côté, de Merci la Terre, fournit certains produits pour Cuit dans le bec. Il voit plusieurs avantages dans ce concept.

« Ça nous permet de faire connaître ce que l'on produit, d'élargir notre marché éventuellement et d'avoir le sentiment de mieux nourrir plus de gens », explique-t-il.

Les boîtes à lunch coûtent 50 $ chacune. Marie-Christine Gagnon affirme que le prix ne fait pas peur aux gens.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité