Retour

Des candidats à l’élection fédérale tardent à retirer leurs pancartes

Dix jours après l'élection fédérale, des pancartes électorales sont toujours présentes dans le paysage du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les candidats joints affirment que le travail pour les retirer est en cours et que toutes les affiches devraient disparaître d'ici dimanche.

« À l'heure actuelle, il y a des gens qui sont sur la route pour les ramasser, assure la candidate du Bloc québécois dans Chicoutimi-Le Fjord, Élise Gauthier. Elles vont aller à l'écocentre, qu'on appelle, et le bois aussi. »

Les municipalités ont des règlements qui déterminent le moment du retrait des affiches. À Saguenay, par exemple, les candidats ont cinq jours pour le faire.

« Sauf qu'il faut bien comprendre que c'est un règlement malléable, explique le porte-parole de Saguenay, Jeannot Allard. On n'a pas l'intention de faire des interventions. On sait qu'il faut une quinzaine de jours habituellement, on s'ajuste sans problème. »

Des affiches pour bricoler ou réchauffer les abeilles

Si plusieurs candidats décident d'envoyer leurs pancartes au recyclage, d'autres leur donnent une deuxième vie.

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, en donne une partie à une enseignante de l'école secondaire l'Odyssée Dominique-Racine. Josée Larouche les utilisera pour bricoler des outils d'apprentissage destinés aux enfants autistes. « Dans ma classe, j'ai six jeunes différents. Ça me permet de pouvoir créer des choses personnelles à chacun dans son niveau et de l'aider à se développer », précise-t-elle.

D'autres affiches seront remises à un apiculteur de Saint-Ambroise qui les place dans les ruches durant l'hiver. « Les abeilles vont être isolées avec mes pancartes électorales, donc c'est une belle fierté de sauvegarder les abeilles », dit-elle.

Le reste des pancartes électorales de Karine Trudel sont utilisées pour isoler les caches de chasseurs et les cabanes pour la pêche blanche.

Plus d'articles

Commentaires