Retour

Des chaînes humaines pour dénoncer les coupes dans les écoles

Des dizaines de parents se sont rassemblés devant plusieurs écoles de la région pour former des chaînes humaines afin de dénoncer les compressions du gouvernement Couillard en éducation.

Des élèves, des enseignants et des professionnels de l'éducation se sont joints à la manifestation. Les parents ont suivi le mouvement provincial organisé par le regroupement « Je protège mon école publique! ».

Le regroupement a effectué des actions similaires le 1er mai et le 1er juin dernier dans huit régions du Québec. Quelque 8000 personnes y avaient participé.
Le mouvement dénonce notamment l'augmentation du nombre d'élèves par classe, alors que de nombreux orthopédagogues et psychoéducateurs sont mis à pied.
Il exige un financement « adéquat et stable » du réseau de l'éducation publique primaire et secondaire au Québec.

Dans la région, le mouvement était plutôt improvisé. Des parents ont lancé l'invitation sur les réseaux sociaux lundi.
Les manifestants se sont regroupés de 7 h 30 à 8 h, entre autres, devant les écoles Saint-Denis, Saint-Isidore, Antoine-de-Saint-Exupéry, Sainte-Claire, Monts-Valin et Notre-Dame-du-Rosaire.

Au Lac-Saint-Jean, une chaîne humaine a aussi été formée devant la polyvalente des Quatre-Vents, de Saint-Félicien.

Des parents interrogés devant l'école Saint-Denis ont dénoncé la coupe de 10 000 $ qui permettait d'offrir le service d'aide aux devoirs. « Je pense que c'est important d'être présents et de dire on est là et on veut de l'aide, souligne la mère d'un enfant qui bénéficiait du service. À la maison, les devoirs, on essaie, mais ça ne fonctionne pas aussi bien qu'avec l'aide du professeur. »

Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, s'est rendu devant l'école Saint-Denis pour appuyer les parents. Il dit n'avoir jamais vu une mobilisation aussi importante provenant de la base. « Il n'y a pas de justification dans le contexte économique actuel pour qu'on coupe dans l'avenir, croit-il. Couper dans les jeunes, c'est faire en sorte que plus tard ils aient une moins bonne formation. Au primaire et au secondaire, moi je dis que le seul cran d'arrêt qu'on devrait faire, c'est là. Pas de coupes au primaire et au secondaire, ils regarderont s'ils ont des choix budgétaires, mais pas au primaire et au secondaire. »

Plus d'articles

Commentaires