Alors que l'Union des producteurs agricoles vient de renoncer à bloquer les sentiers de motoneige grâce au recul de Québec dans le dossier des taxes foncières, une agricultrice de l'arrondissement de La Baie demande aux motoneigistes d'être plus respectueux. Elle déplore que des amateurs brisent ses champs en passant n'importe où.

Les agriculteurs de la région reçoivent une somme d’argent pour donner accès à leur terre pendant l’hiver. Cependant, ces derniers ne veulent pas que ces droits de passage nuisent à leurs récoltes.

La productrice maraîchère Josée Gagné voit régulièrement des motoneigistes prendre un raccourci au beau milieu d’un de ses champs pour se rendre à l’Anse-à-Benjamin, un village de pêche blanche.

Le passage de motoneigistes au mauvais endroit peut avoir de grandes conséquences. Ils brisent la couche de neige isolante qui protège les cultures.

« Moi, j’ai un système d’irrigation là-dessus et des plants de fraises, c’est quand même assez fragile », explique l’agricultrice.

Le Club de motoneigistes de Saguenay rappelle que les ententes qui lient les clubs et les agriculteurs sont très spécifiques. Ces contrats visent justement à limiter les effets de cette activité hivernale.

« Il faut rester dans le sentier parce que, nous, ce qu’on essaie de faire, c’est de minimiser l’impact sur les champs. On parle de fraises, mais on peut parler de luzerne qui est très, très fragile », renchérit Denis Simard du Club de motoneigistes de Saguenay.

Il invite les motoneigistes à dénoncer les conducteurs fautifs aux clubs.

D’après le reportage de Gilles Munger

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde