Retour

Des commerçants pensent que des boissons sucrées alcoolisées vont disparaître

Les propriétaires de dépanneurs de la région ne sont pas surpris des mesures envisagées par le gouvernement Couillard pour mieux encadrer la vente de produits alcoolisés. Certains estiment que certaines boissons pourraient disparaître.

Québec veut notamment interdire la vente des mélanges à la bière de plus de 7 % d'alcool dans les épiceries et les dépanneurs.

Québec propose d'amender son projet de loi 170 pour restreindre la vente de boissons sucrées à haute teneur en alcool sur les tablettes des dépanneurs et des épiceries.

Les autorités veulent éviter d’autres incidents tragiques comme la mort de la jeune Athena Gervais le 1er mars à Laval.

Selon le président du groupe Saga, Jacques Falardeau, cette annonce du gouvernement n'est pas surprenante, mais elle ne règle qu'une partie du problème.

« Faut bien comprendre que le gouvernement ne pouvait pas légiférer sur le taux d’alcool, parce que c’est une juridiction fédérale. Où est-ce que la canette est vendue, c’est provincial. Il est probablement allé le plus loin qu’il pouvait aller », a déclaré Jacques Falardeau.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les bannières Super Sagamie et Maestro avaient déjà retiré les produits « Four-Loco » et « Fcuk-up » quelques jours après les tristes incidents.

Selon le président du Groupe Maestro, Claude Lessard, les propriétaires de dépanneurs ne sont pas choqués de réserver la vente de ces produits à la Société des alcools du Québec (SAQ).

Les députés de l'Assemblée nationale devront débattre de cet amendement du projet de loi 170, déposé en février dernier, d'ici la fin de la session parlementaire.

D’après le reportage de Frédéric Tremblay

Plus d'articles