Le site d'enfouissement de Chicoutimi atteindra sa capacité maximale en 2017. Après cette date, Saguenay envisage d'enfouir ses déchets à Hébertville-Station. La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean attend les résultats de deux études avant de se prononcer, mais l'idée déplaît déjà à plusieurs citoyens.

Les membres du comité de citoyens contre le site d'Hébertville-Station évaluent que les volumes de déchets enfouis pour toute la région pourraient atteindre 150 000 tonnes par année.

« Ce qui réduit la durée du site à maximum 14 ans, soutient le porte-parole du comité, Paul Morin. C'est pour ça qu'on ne comprend pas l'incohérence et la décision de nos élus d'aller dans cette direction-là. Ça ne se tient absolument pas. »

Critiques

À Saguenay, tout le dossier de la gestion des déchets soulève des critiques. L'Équipe du renouveau démocratique (ERD) craint que la Ville doive se diriger au site privé de Matrec à Larouche.

« Ça fait depuis 2007 qu'ils ont dit qu'ils avaient des choses à faire. La majorité des choses qu'ils devaient faire depuis 2007 n'ont même été amorcées. On est rendu en 2015. 2017, bien c'est demain matin », affirme la conseillère municipale Josée Néron.

Réaction à Larouche

À Larouche, on souhaiterait que Saguenay enfouisse ses déchets sur le site de Matrec qui reçoit déjà des terres contaminées. Le maire de Larouche, Réjean Bédard, estime que l'entreprise a prouvé qu'elle respectait l'environnement. De plus, Matrec pourrait verser jusqu'à 300 000 $ de redevances annuelles à la municipalité.

« C'est une somme importante pour une petite municipalité qui a un budget de 2,4 millions de dollars », mentionne Réjean Bédard.

Le maire signale toutefois qu'il ignore où en sont les négociations entre Saguenay et Matrec.

Plus d'articles

Commentaires