Retour

Des jeux pour tablettes et téléphones intelligents créés dans la région

Une nouvelle entreprise du Saguenay-Lac-Saint-Jean, les jeux EpiQ, se lance dans la création de jeux vidéo pour les tablettes et les téléphones intelligents.

L'entreprise offre un premier jeu de mots, Magic World of Words, qui combine aussi le jeu de rôle sur les plateformes Apple et Androïd.

Les jeux EpiQ comptent trois dirigeants et deux employés. Le président, Patrick Desmeules, reconnait qu'il y a une forte concurrence dans le marché des jeux.

« Vous ne trouverez pas de jeux de rôle avec un aspect jeu de lettres et jeu de mots sur le marché, dit-il. Le jeu qu'on propose sur le marché a un aspect jeu de rôle. Donc, on amène le joueur dans un univers, on lui demande personnifier un magicien, de bâtir une tour de magicien, d'ajouter des mots à son dictionnaire. »

« Pour se démarquer, ça prend de la publicité, ça prend des campagnes de marketing, des choses comme ça, ajoute le professeur-chercheur au département de l'informatique de l'Université du Québec à Chicoutimi, Bruno Bouchard. C'est plus difficile à faire quand on est des petites organisations, mais il y a des moyens innovants de le faire avec des réseaux sociaux, par exemple. »

Il y a quelques années, l'entreprise saguenéenne Wendigo Studio a déclaré faillite et a été rachetée par le géant Quebecor pour devenir BlooBuzz.

Les dirigeants des Jeux EpiQ disent pour leur part vouloir demeurer indépendants.

Pour se lancer dans l'aventure à moindres coûts, l'entreprise a utilisé les locaux et les ordinateurs fournis par le Centre de développement technologique en jeux vidéo et en informatique de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

« Le Centre nous aide vraiment beaucoup, souligne la directrice artistique des Jeux EpiQ, Patricia Lefebvre. Les locaux, ça ne coûte pas vraiment cher, on a beaucoup de ressources, ils nous aident vraiment beaucoup. »

En offrant gratuitement le jeu à l'échelle mondiale d'ici la fin de l'année, les jeux EpiQ espèrent avoir un million d'utilisateurs. L'entreprise espère qu'au moins 2 % des utilisateurs paieront pour des suppléments.

Plus d'articles

Commentaires