Les poules pondeuses sont plus populaires que jamais au Saguenay-Lac-Saint-Jean, au point où le Couvoir de Chicoutimi, le plus important éleveur d'oiseaux de la région, a manqué de volailles cet été.

« C'est le gros hit, affirme le copropriétaire du Couvoir de Chicoutimi, Guillaume Maltais. Le monde nous appelle encore pour savoir si on a encore des poules, mais on n'a plus de poules. »

L'entreprise a vendu quelque 4300 poules pondeuses dans la région, sur la Côte-Nord et en Abitibi-Témiscamingue. Le Couvoir de Chicoutimi a déjà une liste d'attente de plus de 300 clients pour le printemps prochain.

Les clients habitent surtout en milieu rural. Ils achètent en moyenne de deux à six poules.

« Un oeuf frais, ce n'est pas la même chose que les oeufs d'épicerie, souligne M. Maltais. Il y en a plusieurs que, quand ils ont un bon terrain, ils achètent ça et mettent ça sur leur terrain. Les enfants aussi, le monde tripe, ils vont chercher leurs oeufs avec leurs poules. »

Au Québec, il est permis d'élever 100 poules, 100 coqs et 25 dindes pour sa consommation personnelle. Il faut toutefois consulter sa municipalité pour savoir s'il est permis de faire un tel élevage sur son terrain.

Ainsi, la réglementation municipale à Saguenay interdit d'élever des poules en zone urbaine.

À Alma, les citoyens peuvent avoir un poulailler en ville pourvu que leur terrain ait plus de 15 000 pieds carrés.

Plus d'articles

Commentaires