Concurrencer le Chili, le Mexique ou la Californie : on n'en est pas encore là, mais les Jardins Mistouk espèrent bien voir leurs raisins occuper bientôt une place de choix sur les tables d'Alma, et de la région.

160 vignes de neuf cépages différents ont été plantées cette année sur les terrains de la corporation, en collaboration avec les agronomes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

« Ce sont des cépages de vignes de table, ce n’est pas de la vigne de cuve », précise l’agronome Pierre-Olivier Martel du MAPAQ. Neuf variétés différentes ont été sélectionnées, toutes reconnues pour leur caractère résistant, et dont la vocation est de finir sur les plateaux de fruits. Éventuellement, l’expérience pourrait mener à la commercialisation des premiers raisins de table au Québec.

Le site de plantation a été choisi en raison de son microclimat parce que, même rustiques, les raisins demeurent des fruits relativement fragiles au froid.

Et au sein de la corporation sans but lucratif des Jardins Mistouk, on est bien heureux de participer à l’expérience.

« Le fait que ce soit très original et très avant-gardiste, c'est toujours très intéressant pour nos bénévoles qui sont reliés à l'organisation », admet Gérald Tremblay, le président de la corporation.

D’autant plus qu’un des buts de l’organisme est de favoriser l’autosuffisance alimentaire des familles du secteur.

Si l’expérience est concluante, d’autres vignes seront plantées. D’ailleurs, les Jardins Mistouk ont d’autres projets fruitiers, comme des pommiers, des pruniers et des poiriers, qui côtoieront bientôt les camérisiers, les framboisiers et les vignes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine