Retour

Des représentants de l'industrie canadienne de l'aluminium à Washington

Des représentants de l'industrie canadienne de l'aluminium ont présenté leurs mémoires au Département américain du commerce mardi.

Ils souhaitent ainsi convaincre les États-Unis de négocier avec le Canada pour éviter une guerre commerciale.

D’après la direction de Rio Tinto et l'Association canadienne de l'aluminium, les deux pays collaborent depuis si longtemps, qu'il serait néfaste d'imposer des droits compensatoires sur l'aluminium canadien.

Selon eux, les surplus de production chinois font chuter le prix de l'aluminium.

L'industrie canadienne estime que des usines américaines ont fermé parce que la Chine ouvre de nouvelles alumineries chaque année.

Le président américain, Donald Trump, a ordonné une enquête en avril pour déterminer si l’importation de l’aluminium nuit à la sécurité nationale du pays.

Les conclusions de ce rapport pourraient mener à la hausse des barrières tarifaires.

Depuis trois ans, neuf alumineries ont fermé leurs portes aux États-Unis. Les importations d'aluminium étranger se sont intensifiées.

« C'est dans la règlementation américaine de prendre en compte toute la capacité de produire du Canada et de traiter la production canadienne comme faisant partie de la production américaine », souligne le président-directeur général de l’Association de l’aluminium du Canada, Jean Simard.

Le Canada produit actuellement les deux tiers de tout l'aluminium importé aux États-Unis.

D'après le reportage de Gilles Munger

Plus d'articles

Commentaires