Retour

Des résidences du Lac-Saint-Jean enterrées sous la neige

La bombe météo qui a frappé la région dans la nuit du 4 janvier a laissé des traces impressionnantes au Lac-Saint-Jean. Les grands vents ont formé d'énormes monticules de neige qui ont enseveli maisons et véhicules.

Des dizaines de maisons ont été transformées en igloo et trois jours après la tempête, plusieurs citoyens peinent toujours à déneiger leur propriété.

Sur l'avenue Thibault à Saint-Bruno et sur la rue Saint-Alphonse, les résidents ne sont pas prêts d'oublier cette première tempête de 2018.

« Tu regardes dans le champs pis y'a pu de neige. Y'a pas neigé tant que ça, mais c'est les vents qui nous poudrent ça ici. Les souffleurs n'ont plus de place à mettre la neige », raconte Henri Blackburn.

Comme plusieurs de ses voisins, Dany Côté s'est retrouvé prisonnier de sa maison ensevelie sous la neige.

« J'en avais par-dessus la maison, par-dessus l'abri, on voyait même plus l'abri, pis j'ai un gratteux qui passe tous les jours. C'est l'enfer. Tout le monde est découragé. »

« J'espère que la municipalité va mettre ses culottes, pis venir enlever de la neige un peu partout », dénonce Gérald Saint-Pierre.

Le maire de Saint-Bruno, François Claveau a indiqué que la municipalité va souffler les amoncellements de neige des rues touchées dans des camions.

Une voiture recouverte de 8 pieds de neige

Des véhicules se sont retrouvés complètement enfouis sous la neige.

« Y'avait pratiquement pas de neige ici mercredi soir pis là, on a le résultat de huit pieds de neige sur la voiture pis on essaye de la dégager », raconte Richard Gaudreault.

À Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, la tempête a aussi laissé des bancs de neige si hauts qu'on peut pratiquement toucher au fil électrique.

« Mettons que c'est un petit peu hors de l'ordinaire. Ce qui arrive c'est que les vents viennent francs du lac pis avec la poudreuse qui a tombé ça a pas fait autrement que ce qu'on voit là », explique Bruno Pierre, propriétaire d'une entreprise de déneigement.

Le déneigement se poursuit partout au Lac-Saint-Jean.

D'après le reportage de Priscilla Plamondon-Lalancette

Plus d'articles