Retour

Des résidents dénoncent l’accès payant au site de la Pointe-Taillon

L'agrandissement du parc national de la Pointe-Taillon crée du mécontentement chez les utilisateurs des plages qui se trouvent des deux côtés du site.

L’hiver dernier, un investissement de 11 millions de dollars a été annoncé pour développer trois nouveaux secteurs dans le parc national de la Pointe-Taillon. L'une des nouvelles zones est située entre le camping Belley et la plage Wilson.

« Presque à côté de nous, il y a une pancarte qui marque une interdiction de circuler dans cette section-là en fait, alors, nous, on se trouve à être un peu limités dans notre marche sur la plage », indique Isabelle Roger, qui loue un chalet sur la plage Wilson à Saint-Henri-de-Taillon.

Les marcheurs ne peuvent plus se promener d'un bout à l'autre du rivage gratuitement; ils doivent désormais payer leurs droits d’accès.

« Ceux qui sont sur le parc de la Pointe-Taillon qui vont louer des tentes Utopia ou des chalets prennent leur marche et passent en avant ici sur notre plage privée et nous, on ne charge pas 8,50 $ par jour pour les laisser passer, ça nous fait plaisir. Ils ne viennent pas envahir nos plages, ils viennent marcher, prendre une marche et on aimerait bien avoir le retour de l'ascenseur », explique Martine Gagnon, une résidente membre du conseil d’administration de l’Association des riverains de la plage Wilson.

La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) affirme être en période de transition. Elle est présentement en mode sensibilisation. Le directeur du parc national de la Pointe-Taillon, François Guillot, assure que les droits d'accès permettent de financer les activités des parcs.

« Nos gardes-parcs, ils ont plusieurs tâches, ils ont plusieurs territoires à couvrir, alors ils ne vont pas se spotter-là, attendre pour savoir s'il y a des gens qui vont passer. Non, on ne fonctionne pas comme ça », souligne-t-il.

Pour l’instant, seule une affiche empêche les marcheurs de traverser du côté du parc national.

D’après le reportage de Claude Bouchard

Plus d'articles