Retour

Des ressources intermédiaires pour répondre aux besoins d’hébergement particuliers

Partager sa maison avec des personnes atteintes de maladies mentales : c'est le choix qu'a fait Réjean Baribeau qui a quitté Montréal il y a 21 ans pour venir élever sa famille au Lac-Saint-Jean. 

« Ce qu'on voulait surtout, c'est créer une dynamique familiale, créer un milieu de vie qui était vraiment naturel. Nous on vivait dans la ressource. Il n'y avait pas de portes barrées », indique le propriétaire du Domaine La Joie d'Alma. Pendant plusieurs années, la famille a partagé son toit avec 14 personnes atteintes de maladies mentales.

À l'approche de la retraite, Réjean Baribeau et son épouse ne cohabitent plus avec leurs bénéficiaires, mais ils continuent d'assurer un rôle de première ligne auprès d'eux.

Les ressources intermédiaires comme le Domaine La Joie sont souvent la meilleure option qui s'offre aux familles pour accueillir les personnes souffrant de déficience intellectuelle, mentale ou physique et celles en perte d'autonomie.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on compte 32 centres de ressources intermédiaires. En plus, près de 1000 personnes vivent dans des familles d'accueil. Ces ressources offrent un encadrement adéquat et des services adaptés aux conditions de chacun de ses bénéficiaires.

« Les places ici sont reconnues par le ministère, explique Réjean Baribeau. Elles sont utilisées par le centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) et chaque client quand il arrive ici, on passe une grille d'évaluation pour déterminer les services qu'on devra donner à cette personne-là. »

Plus d'articles

Commentaires