Retour

Des robots pour dépister des troubles cognitifs?

Les robots pourraient-ils dépister certains troubles cognitifs? C'est ce que tentent de déterminer des chercheurs du Laboratoire d'intelligence ambiante pour la reconnaissance d'activités (LIARA) de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Avec leur étude unique au Québec, les experts pensent que la technologie pourrait grandement aider le personnel de la santé.

Ils ont créé Nao, un petit robot humanoïde, spécialement programmé pour dépister des troubles cognitifs comme ceux liés à l’Alzheimer. Au cours des prochains mois, l'androïde sera au coeur du projet de recherche du LIARA.

« Avec le vieillissement de la population, les besoins sont de plus en plus grands, mais les offres de services, évidemment, c'est de plus en plus restreint », explique Marie-Claude Bouchard, doctorante en psychologie.

En plus de danser et de parler, Nao peut interagir avec un humain et enregistrer une foule de données. Les chercheurs vérifient si le robot donne les mêmes résultats que ceux obtenus par un humain lors d’un test de dépistage des fonctions cognitives.

Améliorer le domaine médical

Selon les scientifiques impliqués dans le projet, cette nouvelle technologie pourrait révolutionner le domaine de la santé.

« Nao, par exemple dans une journée de travail, pourrait passer son test d'administration à différents patients, explique Marie-Claude Bouchard. Nao administre et fait en grande majorité le test de manière presque entièrement autonome. Donc le médecin, au lieu de passer 30 minutes, une heure, deux heures de sa journée à passer certains tests, ce serait vraiment du temps récupéré pour lui. Nao pourrait lui offrir des résultats. »

Étude unique

L’étude qui est en cours à l’UQAC est unique dans la province. Si les résultats sont concluants, le LIARA aimerait utiliser le robot à plus grande échelle.

« Éventuellement, on aimerait l'utiliser avec d'autres recherches chez les enfants entre autres. Il y a beaucoup de recherches qui se font chez les enfants autistes, au niveau des enfants qui ont des difficultés physiques pour la copie de mouvement ou autre », indique la professeure-chercheuse en neuropsychologie, Julie Bouchard.

Le Laboratoire est toujours à la recherche de participants âgés de 65 ans et plus pour son étude sur les fonctions cognitives. Les chercheurs aimeraient que Nao rencontre une trentaine de personnes d'ici le mois de décembre.

D’après le reportage de Jessica Blackburn

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine