Retour

Deux récidivistes de l’alcool au volant prennent le chemin de la prison

Stéphane Girard de Saguenay écope d'une peine de 12 mois de prison. Jean-François Martel-Poliquin obtient une peine de deux ans moins un jour.

Pour le multirécidiste Stéphane Girard, il s'agit d'une sixième condamnation pour conduite avec les facultés affaiblies.

En mars 2015, l’homme âgé d’une quarantaine d’années avait tenté de remorquer avec sa motoneige celle de son ami Michel Gagnon qui était tombée en panne, mais l'engin avait dérapé et frappé un panneau de signalisation.

Michel Gagnon était mort de ses blessures à l’hôpital. Il avait 63 ans. L’accident s’était produit dans le secteur de Lac-Kénogami.

En juin 2017, Stéphane Girard était acquitté d'avoir causé la mort de son ami, mais a été reconnu coupable d'avoir conduit avec les facultés affaiblies par l’alcool.

Même s'il a suivi une thérapie et qu'il n'a pas consommé depuis 34 mois, le juge Paul Guimond ne croit pas que sa réhabilitation soit acquise.

Le magistrat a assorti la peine d'une interdiction de conduire de 86 mois.

« Mon client est un peu déçu. Je pense qu’on avait fait cette preuve de réhabilitation qui est relativement rare dans les cas semblables. Donc, là on va être en prison pour quelques mois, pour un sixième dossier. Déçu, mais on tourne la page », a déclaré Me Charles Cantin

Autre dossier d’alcool au volant

Un autre dossier d’alcool au volant s’est également conclu mercredi au Palais de justice de Chicoutimi.

Jean-François Martel-Poliquin a pris le chemin de la prison pour deux ans moins un jour.

L'homme âgé de 35 ans du Saguenay a été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies causant des blessures. Cette cause est présentement en appel.

En août 2013, l’accusé roulait sur la route 170 en direction de Larouche lorsqu'il a effectué une manœuvre de dépassement.

Il a alors heurté la voiture de Gilles Thibeault et Jacinthe Boucher. La femme a perdu l'usage d'une jambe et son conjoint a été blessé à la colonne vertébrale.

Dans sa décision sur la peine, le juge Michel Boudreault de la Cour du Québec évoque une sanction exemplaire qui a pour but de dissuader la population de conduire en état d'ébriété, d'autant que les victimes doivent vivre avec de graves séquelles permanentes.

Le récidiviste avait été condamné pour conduite dangereuse en 2007. Comme il est désormais le père d'un bébé de 2 mois, son avocat, Me Julien Boulianne, espérait une peine moins sévère.

« On avait appuyé par de la jurisprudence. C’est un actif pour la société. Il avait cessé la consommation d’alcool, il a une conjointe depuis deux ans, un bébé. Donc, on disait qu’il était sur une réhabilitation acquise. On voulait que ça milite pour une peine un petit peu plus clémente si l’on veut, mais le juge a considéré les facteurs aggravants », a dit Me Julien Boulianne à la sortie du tribunal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards