Retour

Division à Sainte-Monique autour d'un projet de patinoire couverte

Les citoyens de Sainte-Monique au nord du Lac-Saint-Jean vont se prononcer dimanche, sur un règlement d'emprunt de 1,1 million de dollars pour la construction d'un abri de bois couvrant la patinoire de la municipalité.

Plus de 20 % de la population a déjà voté par anticipation. Dans la municipalité, des publicités invitent les autres résidents à appuyer le règlement d'emprunt.

« Il y a une opposition, sauf qu'il y a des bouts où on se demande si l'opposition c'est pour le projet ou contre les conseillers qui veulent aller dans ce sens-là, affirme le conseiller municipal Mario Desbiens. Il y a quand même un groupe de citoyens qui s'acharne sur les conseillers, sur tout ce qu'on veut décider, tout ce qu'on veut faire. »

Selon la mairesse Dolorès Boily, d'autres dossiers sont plus importants, comme équiper la municipalité d'un système d'assainissement des eaux, puisque Sainte-Monique rejette ses eaux usées dans la rivière Péribonka.

« Je ne suis pas en défaveur du projet, mais je considère qu'il y a des priorités autres », explique Mme Boily.

Le projet de patinoire couverte divise aussi la population. Certains citoyens rencontrés et qui s'opposent au projet ont préféré ne pas exprimer leur opinion publiquement. « Je me dois d'être neutre parce que j'ai quand même un commerce », affirme une résidente, Charlotte Lachance.

Le conseiller Mario Desbiens croit pour sa part que l'issu du vote sera déterminant. « C'est un signe si la population est derrière nous ou pas », conclut-il.

Climat de division

Depuis les élections de 2013, les divergences entre la mairesse et la majorité des conseillers sont importantes. Le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire a d'ailleurs rencontré les élus pour améliorer leurs relations.

Les tensions sont toujours vives alors que la mairesse envisage de poursuivre quatre conseillers pour des propos tenus dans le journal municipal. En mai, des élus ont critiqué la gestion de la mairesse et demandé sa démission.

Plus d'articles

Commentaires