Retour

Division au Lac-Saint-Jean autour du préfet de la MRC Domaine-du-Roy

La bisbille initiée par le maire de Roberval, Guy Larouche, au sein de la municipalité régionale de comté (MRC) Domaine-du-Roy risque de provoquer une crise majeure au Lac-Saint-Jean.

Guy Larouche veut déloger le préfet Gérard Savard du siège qu'il occupe depuis deux ans. Il prétend que M. Savard n'a pas les qualités nécessaires pour diriger la MRC et lui préfère le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin.

« Je pense qu'il est beaucoup plus en mesure de contribuer à nous faire avancer, soutient Guy Larouche. Il faut avoir confiance dans les gens qui nous représentent. »

Le maire de La Doré, Jacques Asselin, estime aussi que son collègue de Saint-Félicien serait l'homme de la situation pour remplacer Gérard Savard.

« M. Potvin, c'est un ancien commissaire industriel. M. Potvin était au CLD comme agent de développement rural, rappelle M. Asselin. Il n'y a personne qui a proposé rien comme plan de développement depuis 2006. Ç'a pris 12 ans pour faire un schéma d'aménagement qui vient à peine d'être réalisé. »

« S'il y a des choses qui retardent, c'est peut-être qu'il y a certaines personnes qui en sont responsables, réplique Gérard Savard. Un préfet ne peut être que le reflet de son conseil. »

Le préfet soupçonne que certains maires veulent s'emparer des revenus de la minicentrale de Val-Jalbert, un point de vue partagé par le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, qui refuse que les deux grandes villes de la MRC s'emparent du pouvoir au détriment des petites municipalités.

Menace de boycottage

Des maires de certaines municipalités rurales envisagent même de lancer un appel au boycottage des commerces de Roberval et de Saint-Félicien si les élus de ces deux villes s'entendent pour élire le maire Gilles Potvin à la préfecture.

L'élection du nouveau préfet de la MRC Domaine-du-Roy aura lieu en novembre.

Vives réactions

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, est ulcéré par les tractations des deux villes qui tentent de faire main basse sur la préfecture occupée habituellement par un maire de village. « S'il fallait que ce soit quelqu'un d'une ville comme Saint-Félicien ou Roberval, mentionne-t-il, quelle force politique on se donnerait par rapport l'avenir, nous, les petites municipalités? On serait quoi là-dedans? »

M. Boivin assure que les autres petites municipalités du territoire de la MRC sont du même avis.

D'ailleurs, lui, son collègue de Saint-André, Gabriel Martel, ainsi que le principal intéressé Gérard Savard préviennent que la nomination de Gilles Potvin à la préfecture déclenchera une très vive réaction du milieu rural et pourrait avoir d'importantes conséquences économiques pour le Lac-Saint-Jean.

D'après les informations de Dominique Rivard.

Plus d'articles

Commentaires