Retour

Drame du rang Saint-Paul à Saguenay : l'accusé Yves Martin demeure en prison

Yves Martin devra demeurer en détention en attendant son procès. Le juge Michel Boudreault a rendu sa décision jeudi matin, au terme de l'enquête sur remise en liberté.

L'homme de 35 ans est accusé, entre autres, de conduite en état d'ébriété ayant causé la mort de Mathieu Perron, de Vanessa Viger, enceinte de cinq mois, et de leur fils de quatre ans, Patrick, de Saint-David-de-Falardeau, lors d'un accident survenu dans le rang Saint-Paul, à Saguenay, le 1er août.

Les tests d'alcoolémie ont révélé un taux de 179 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang.

Durant l'enquête, Yves Martin avait assuré le tribunal qu'il ne conduirait plus et qu'il allait vendre son véhicule, sa motoneige et son VTT. Lui et sa famille avaient offert une caution de 100 000 $ pour qu'il puisse recouvrer sa liberté. « Je ne serais pas capable de toucher à ça », avait-il soutenu.

L'homme de 35 ans devait participer à une thérapie de six mois à la Maison Jean-Lepage, à Trois-Rivières.

Le juge Michel Boudreault a reconnu la solidité et la gravité des éléments de preuve soumis dans le dossier d'Yves Martin.

Dans sa décision, le juge a affirmé que l'accusé n'avait aucune crédibilité lorsqu'il parlait de son intention de suivre une thérapie pour régler ses problèmes de consommation. Le juge croit également que la famille d'Yves Martin n'aura pas l'influence nécessaire pour exercer un contrôle suffisant sur l'accusé s'il est remis en liberté.

L'avocate de la Couronne, Marie-Josée Hamelin Gagnon, est satisfaite de la décision. « Lequel a pesé le plus lourd, je pense que c'est l'ensemble de ce qui a été présenté à monsieur le juge, croit-elle. La preuve, les garanties également présentées par la défense et également la saine administration de la justice, la confiance du public. »

Familles soulagées

Les familles de Mathieu Perron et de Vanessa Viger ont accueilli la décision du juge Boudreault avec soulagement. Les mères des deux victimes se disent libérées d'une certaine inquiétude.

« Je suis certaine maintenant qu'il n'arrivera pas d'autres accidents », a indiqué Johanne Tremblay, la mère de Mathieu Perron.

Appel envisagé

L'avocat d'Yves Martin est déçu. Jean-Marc Fradette croyait pourtant offrir des conditions sévères et valables, comme une thérapie fermée de 21 semaines. « Évidemment je ne suis pas d'accord avec la décision. Je suis déçu, non pas surpris. Évidemment, dans ce genre de dossier, l'opinion publique y est pour beaucoup », dit-il.

Mais la preuve n'étant pas complétée, la défense pourrait en appeler de la décision. « On va quand même attendre que la Couronne nous donne les nouveaux éléments qui s'en viennent, explique Me Fradette. La reconstitution de l'accident et les boîtes noires des automobiles qui vont nous donner la vitesse. Ces éléments, s'ils sont favorables à l'accusé, pourraient donc militer pour un appel à la Cour supérieure sur la base d'éléments nouveaux. »

Yves Martin retourne donc en prison à Orsainville. Les procédures reprendront le 24 septembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires