Retour

Drame du rang Saint-Paul : Yves Martin conteste sa détention durant le processus judiciaire

Yves Martin, le conducteur accusé d'avoir causé la mort de Mathieu Perron, de Vanessa Viger et de leur fils de quatre ans lors d'un accident dans le rang Saint-Paul, le 1er août, tentera à nouveau de recouvrer sa liberté durant les procédures judiciaires, mardi.

La direction des poursuites criminelles et pénales détient de nouveaux éléments de preuve qui permettraient à la défense de contester la décision du juge Michel Boudreault devant la Cour supérieure.

Yves Martin est accusé de négligence criminelle et de conduite en état d'ébriété ayant causé la mort.

Crédibilité mise en doute

Durant l'enquête sur la remise en liberté, Yves Martin avait assuré le tribunal qu'il ne conduirait plus et qu'il allait vendre son véhicule, sa motoneige et son VTT. Lui et sa famille avaient offert une caution de 100 000 $ pour qu'il puisse recouvrer sa liberté. « Je ne serais pas capable de toucher à ça », avait-il soutenu.

L'homme de 35 ans devait participer à une thérapie de six mois à la Maison Jean-Lepage, à Trois-Rivières.

Le juge Michel Boudreault avait reconnu la solidité et la gravité des éléments de preuve soumis dans le dossier d'Yves Martin.

Dans sa décision, le juge a affirmé que l'accusé n'avait aucune crédibilité lorsqu'il parlait de son intention de suivre une thérapie pour régler ses problèmes de consommation. Le juge disait également que la famille d'Yves Martin n'aurait pas l'influence nécessaire pour exercer un contrôle suffisant sur l'accusé s'il est remis en liberté.

Plus d'articles

Commentaires