Retour

Drame du rang Saint-Paul : Yves Martin témoigne

Yves Martin, 35 ans, accusé d'avoir tué trois personnes d'une même famille il y a cinq semaines à Saguenay, se dit prêt à subir une thérapie de six mois à la Maison Jean-Lepage de Trois-Rivières pour régler son problème de consommation d'alcool.

Un texte de Véronique Dubé

L'homme a témoigné jeudi midi dans le cadre de son enquête sur remise en liberté au palais de justice de Chicoutimi. Yves Martin, qui possède une entreprise de vitrerie, a mentionné en cour avoir mandaté sa sœur pour qu'elle vende tous ses biens, y compris ses motoneiges et ses véhicules. « Je ne serais pas capable de toucher à ça », a-t-il avoué.

Caution

La famille d'Yves Martin a fourni des cautions totalisant 75 000 $ pour qu'il puisse recouvrer sa liberté. Questionné par son avocat, Me Jean-Marc Fradette, le récidiviste en matière de conduite avec les facultés affaiblies a tenté de convaincre le tribunal qu'il respecterait toutes les conditions de remise en liberté imposées par un juge en attendant son procès. Il n'accepterait pas que son père, sa mère et sa sœur perdent leur argent par sa faute. « Tout le monde a tout à perdre là-dedans », a-t-il conclu.

Mercredi, la procureure aux poursuites criminelles et pénales a déposé les versions écrites de 22 témoins. Certains rapportent avoir senti une odeur d'alcool se dégager de la camionnette de l'accusé après l'impact mortel pour Vanessa Viger, Matthieu Perron et leur fils.

Yves Martin aurait aussi envoyé un texto à un ami durant la journée, lui mentionnant qu'il avait l'intention de se « saouler ». Les tests d'alcoolémie ont révélé un taux de 179 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang.

Plus d'articles

Commentaires