Retour

Écrasement d’un hydravion d’Air Saguenay : le milieu de l’aviation sous le choc

« Pour l'ensemble de l'entreprise aujourd'hui, c'est très difficile. On est une confrérie, on est une équipe qui se rejoint tous les étés, donc c'est très difficile pour toute l'équipe au complet », confie l'un des administrateurs d'Air Saguenay, Jean Tremblay, à la suite de l'écrasement d'un des hydravions de la compagnie dimanche après-midi, aux Bergeronnes, sur la Haute-Côte-Nord.

Le pilote Romain Desrosiers, de Saint-David-de-Falardeau, est parmi les six personnes qui se trouvaient à bord de l'avion. La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé le décès de tous les occupants en fin de journée, lundi.

Romain Desrosiers travaillait pour Air Saguenay depuis 14  ans. Il avait 5900 heures de vol. « C'était l'assistant-chef pilote chez nous, donc c'était quelqu'un d'une très bonne expérience et il était aimé de tous ses collègues, ajoute Jean Tremblay. C'était quelqu'un de très apprécié aussi de la clientèle. »

M. Tremblay ajoute qu'Air Saguenay collabore avec la Sûreté du Québec et le Bureau de la sécurité des transports (BST) dans leur enquête pour déterminer les causes de l'écrasement, ce qui l'empêche de faire des déclarations à ce sujet.

L'accident ébranle aussi le propriétaire de l'entreprise almatoise Produit Aviatech, Carl Duguay, qui connaissait bien Romain Desrosiers. Il affirme que le pilote d'Air Saguenay était très sécuritaire et ne prenait aucun risque.

Il était vu comme une référence dans le milieu de l'aviation régional et formait de nouveaux pilotes.

Des instructeurs de vol de la région rencontrés sur le terrain n'avaient que des bons mots pour Romain Desrosiers et étaient très attristés par la nouvelle.

Air Saguenay mettra en place des mesures de soutien pour la famille et les employés.

Plus d'articles

Commentaires