Retour

Éduc’alcool applaudit à la peine d’emprisonnement d’Yves Martin

Le directeur d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, affirme que la peine de 14 ans de pénitencier imposée au chauffard Yves Martin est sévère, mais méritée. Il estime que le juge devait lancer un signal fort.

M. Sacy n'est toutefois pas d'accord avec les arguments du juge François Huot qui laisse entendre que le nombre de cas de conduite avec les facultés affaiblies est plus élevé au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Le jugement est injustement sévère pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean », affirme M. Sacy.

Il croit plutôt que si les arrestations pour conduite en état d’ébriété sont plus nombreuses, c'est sans doute en raison de la surveillance policière accrue.

« Ça veut dire que ces gens-là n’auraient pas été arrêtés autrement et seraient encore sur les routes », mentionne M. Sacy en entrevue à l’émission Café, boulot, Dodo.

« Tant qu’on n’aura pas la corrélation des chiffres entre la quantité de barrages policiers et le nombre d’arrestations, on ne peut pas tirer de conclusions définitives », explique-t-il.

L’importance de la prévention

D'autre part, le directeur d'Éduc'alcool réitère l'importance d'accentuer la prévention.

Il s'étonne du refus de Québec de rendre obligatoire un cours de formation pour les employés de bar. Il fait référence à un cours mis sur pied par l’Institut de tourisme du Québec et Éduc’alcool. Celui-ci permet aux serveurs de détecter à l’avance les clients qui sont susceptibles de trop boire. Les employés apprennent aussi comment gérer ces cas à problèmes.

Il affirme que les cas d'ébriété au volant ont diminué de 25 % dans les pays qui imposent ce type de formations aux employés de bars.

Plus d'articles

Commentaires