Retour

Efforts d'amélioration du milieu de vie dans les CHSLD

La direction du Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CIUSSS) assure répondre dans les temps aux recommandations ministérielles visant les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région.

Un texte de Denis Lapierre

Ces recommandations sont émises aux deux ans par les inspecteurs du ministère de la Santé et des Services sociaux, dans le cadre de visites d'évaluation de la qualité du milieu de vie, mise en place en 2004.

Elles touchent différents points affectant directement la qualité de vie des résidents. Ça va des procédures d'accueil à l'entretien ménager, en passant par les programmes d'activité et l'évaluation des besoins des résidents.

Depuis la réforme, ce sont les directions régionales de la santé qui sont chargées du suivi de ces recommandations, pour lesquelles une échéance est fixée ainsi que des dates visant à déterminer l'état d'avancement des dossiers.

Plusieurs recommandations en retard

Dans la région, on retrouve des recommandations considérées comme non réalisées au-delà de la date d'échéance dans sept des onze CHSLD qui dépendent du CIUSSS.

Par exemple, au centre d'hébergement Beaumanoir de Chicoutimi, on retrouve deux recommandations visant l'encouragement de l'autonomie physique des résidents et l'élaboration de plans d'intervention adaptés. Ces mesures auraient dû être mises en place avant décembre 2014, mais sont toujours en cours d'implantation selon les documents accessibles sur le site web du ministère.

Au Foyer des Années d'or de Jonquière, une recommandation demande de favoriser la mise en place de mesures de remplacement à la contention physique des résidents. L'échéance fixée dans ce cas est le 31 octobre 2015, mais on indique que l'élaboration d'un plan est toujours en cours.

Au CIUSSS, on assure que les recommandations des inspecteurs du ministère de la Santé et des Services sociaux sont atteintes, et même dépassées, même si le site semble contredire cette affirmation.



« En cours, ça veut dire qu'on travaille toujours là-dessus, qu'on a des objectifs plus élevés que ce qu'on nous demande », affirme Martine Nepton, directrice du programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées.

Dans le cas des mesures de contention physique à Jonquière, par exemple, elle explique que le Ministère demande à ce que leur utilisation ne dépasse pas 25 %. Depuis le dépôt de la recommandation, l'utilisation de la contention est chutée à 16 %, mais on cherche encore à la réduire. D'où l'indication selon laquelle l'application de la recommandation est en cours et non réalisée.

Et c'est le cas pour la grande majorité des autres recommandations, ajoute Mme Nepton. Ainsi, celles qui touchent l'amélioration des procédures d'accueil sont évaluées en vue de la mise en place d'une procédure commune dans tous les CHSLD, un exercice qui devrait être terminé sous peu.

Il faut donc éviter de voir du laxisme dans le dépassement des échéances.

Réaction syndicale

Chez les syndicats, on reconnaît que des efforts sont faits pour améliorer la qualité de vie des résidents des CHSLD de la région. Des efforts qui, souvent, sont un nouveau fardeau pour le personnel infirmier.

Mme Savard souligne que les CHSLD ont été la cible d'importantes compressions ces dernières années, ce qui complique le travail dans les établissements. L'ajout de nouvelles exigences s'accompagne souvent d'interventions supplémentaires qui réduisent encore le temps accordé aux résidents, déplore-t-elle.

Changements dans les visites

Fait à noter, les visites d'évaluation de la qualité du milieu de vie dans les CHSLD, qui s'effectuaient aux deux ans depuis leur mise en place en 2004, se feront désormais aux trois ans, ce qui laissera plus de temps pour la mise en application des recommandations.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine