Retour

Élections municipales : bilans des candidats à la mairie de Saguenay

Le jour du vote approche : c'est en effet dimanche que les citoyens désigneront les personnes qui seront chargées de les représenter au sein des conseils municipaux.

À Saguenay, les quatre candidats à la mairie en ont profité pour faire le bilan de leurs campagnes et rappeler les principaux engagements électoraux.

Josée Néron : une « campagne propre »

La chef de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, s’est félicitée d’avoir mené une campagne autour des propositions de son parti.

« On est fiers d’avoir mené une campagne propre, une campagne respectueuse, et je crois que la population nous reconnaît cette particularité-là », a-t-elle déclaré. « Ce qu’on voulait c’est faire une campagne de terrain, une campagne d’idées. »

Elle a aussi rappelé les grands engagements de son parti, élaborés à la suite d’une large consultation auprès des citoyens, et qu’elle entend mettre en marche rapidement une fois élue.

Dominic Gagnon : le respect

Le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, s’est aussi présenté entouré de toute son équipe, composée de plusieurs conseillers sortants.

« Ici, nous cumulons 88 ans d’expérience », a-t-il souligné, affirmant qu’il s’agit-là d’un argument important pour justifier de voter pour l’équipe Dominic Gagnon.

Il estime avoir mené une campagne axée sur le respect, « respect entre collègues évidemment, respect des adversaires, respect du chef, mais surtout, le respect du citoyen. »

Il a également décoché quelques flèches, visant principalement celui à qui il a succédé à la tête du PCS, Jean-Pierre Blackburn. Il a entre autres rappelé les déclarations du candidat indépendant à propos de candidats du PCS prêts à voter pour lui. « Faux, faux, archi faux : on a ici des gens honnêtes », clame-t-il, qualifiant les propos de M. Blackburn de « magouilles ».

Arthur Gobeil : « un homme intègre »

La tentative de Jean-Pierre Blackburn d’obtenir son appui et son désistement a marqué la campagne d’Arthur Gobeil, qui n’a pas caché sa déception.

« C’est de voir comment cette campagne-là a dégénéré avec des promesses historiques des années 20 », affirme celui qui déplore la manœuvre qui s’accompagnait d’une promesse de prendre en main les rênes de Promotion Saguenay après l’élection.

« Le copinage et essayer d’acheter des votes, pour moi, ça a été un peu une surprise », ajoute Arthur Gobeil, qui estime que cette tentative alimente le cynisme de la population envers les politiciens.

Va-t-il bénéficier de cet événement ? « J’ai la conviction effectivement que ça va faire réfléchir des gens », estime-t-il.

Quant à lui, il croit avoir mené sa campagne selon ses principes et ses convictions.

Jean-Pierre Blackburn ne regrette rien

Pour sa part, le candidat indépendant à la mairie de Saguenay, Jean-Pierre Blackburn, ne regrette pas d'avoir proposé à Arthur Gobeil de se ranger derrière lui.

Par ailleurs, questionné au sujet de son départ comme chef du PCS, il soutient qu'il s'agissait de la seule issue envisageable.

« S'il y avait eu une solution, je l'aurais prise. Il n'y en avait pas. Un moment donné, il faut prendre action. J'ai été audacieux et courageux. Je me suis redonné une liberté », a-t-il exprimé.

Jean-Pierre Blackburn a précisé qu'il avait tenu 28 conférences de presse et multiplié les rencontres sur le terrain. Il s'est dit fier d'avoir entendu les préoccupations de la population et formulé des engagements financiers responsables. Il soutient avoir proposé des idées novatrices, comme la gratuité du transport en commun.

« J'ai exprimé un engagement majeur par arrondissement, soit la bibliothèque à La Baie, l'autogare de la rue Racine à Chicoutimi et la réfection du parc de la Rivière-aux-sables à Jonquière et j'en suis fier », a-t-il partagé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine