L'Almatois Éric Fortin doit subir une hormonothérapie par injection afin de contrôler les pulsions sexuelles qui minent sa vie depuis plusieurs années.

L'homme de 44 ans qui a des dossiers judiciaires depuis 25 ans est accusé de non-respect de ses engagements et de menaces, mais c'est pour des déclarations à caractère sexuel qu'il est envoyé en thérapie.

À la suite de son arrestation au printemps, Éric Fortin a affirmé qu'il rêvait d'enlever une femme pour la violer et la tuer. Le psychiatre qui l'a évalué, le Dr Benoît Croteau, estime qu'il est en détresse psychologique en raison de ses pulsions sexuelles qui représentent un danger latent.

La thérapie hormonale proposée par le psychiatre pourrait s'étirer sur quelques années. Accompagnée d'une psychothérapie globale, elle permet d'annihiler le désir sexuel.

L'avocat d'Éric Fortin affirme que son client est prêt à participer au processus. « Ce qui a été recommandé par le Dr Croteau, c'est que monsieur puisse, pendant une période minimale de trois mois en détention, subir ce traitement-là avant qu'on puisse envisager d'amener M. Fortin en maison de transition où là, il pourra avoir des suivis intensifs », précise Me Olivier Théorêt.

Un conseiller en délinquance sexuelle, Yves Tremblay, a toutefois souligné devant le tribunal que l'hormonothérapie ne garantit pas le succès, ajoutant qu'Éric Fortin demeure l'unique maître de sa vie.

Le juge Michel Boudreault fera connaître la peine le 15 décembre après les représentations des deux procureurs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine