Retour

Exploitation financière d'une personne âgée : un couple condamné à payer des dommages de plus de 1 M$

Le Tribunal des droits de la personne a condamné un couple de Trois-Rivières, qui a longtemps vécu à Lamarche, à payer plus d'un million de dollars en dommages à la succession d'un homme atteint de la maladie d'Alzheimer. C'est le montant le plus élevé jamais obtenu dans une cause similaire.

Le Tribunal a reconnu que le couple formé d'Alain Satgé et de Liliane De Vries avait intentionnellement exploité Albany Duhaime « pour lui soutirer sa demeure et la presque totalité de son patrimoine. » La victime est décédée en 2013 à l'âge de 97 ans.

Les deux résidents de Trois-Rivières et leur compagnie Scoobyraid inc. ont été condamnés à payer 1 052 198 $ en dommages à la succession de leur victime. Ils devront aussi verser 70 000 $ en dommages moraux et 2000 $ en dommages punitifs. La compagnie Scoobybraid inc., qui exploitait un centre de plein air à Lamarche au Saguenay-Lac-Saint-Jean, doit de surcroît payer 35 000 $ en dommages punitifs.

C'est la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse qui avait intenté une poursuite contre les deux.

En mars dernier, Liliane De Vries et Alain Satgé ont respectivement été condamnés à quatre et trois ans de pénitencier après avoir été trouvés coupables de fraude dans cette affaire. Le couple, installé à Trois-Rivières depuis 1998, était des amis de longue date d'Albany Duhaime et de son épouse, qu'ils avaient connue en France avant d'immigrer.

Le couple a profité de son lien d'amitié avec sa victime atteinte d'Alzheimer pour lui dérober d'importantes sommes d'argent, en plus d'obtenir l'accès à sa maison et à des véhicules.

Une peine satisfaisante

Le directeur régional de la Fédération de l'âge d'or du Québec, Patrice St-Pierre, se réjouit de la peine dissuasive imposée à Liliane De Vries et Alain Satgé. « Si on a des peines exemplaires de cette manière-là dans le futur, c'est bien certain que ça va en faire réfléchir plus d'un », souligne-t-il.

Même sentiment du côté de la famille : « On était très content du jugement, ça fait tellement d'années qu'on attend ce jugement-là », dit le neveu d'Albany Duhaime, Sylvain Dupont, qui ajoute toutefois un bémol. « Ce que je trouve désolant dans l'histoire, c'est que mon oncle soit décédé avant les résultats finaux », précise-t-il. 

Pour sa part, l'avocate de la Commission des droits de la personne, Me Michèle Turenne, souligne l'appel à la vigilance destiné aux institutions financières dont fait état le jugement.

« Le juge Nollet du Tribunal des droits de la personne a mis le doigt là-dessus, pour dire que les institutions bancaires doivent avoir un rôle plus proactif dans la protection de ces personnes-là », dit-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine